Plusieurs poids lourds de BNP Paribas soupçonnés de délit d'initié

Le service METRONEWS
Publié le 18 novembre 2014 à 16h55
Plusieurs poids lourds de BNP Paribas soupçonnés de délit d'initié

JUSTICE - Une enquête préliminaire a été ouverte à Paris sur d'éventuels délits d'initié susceptibles d'avoir été commis par des dirigeants de la BNP Paribas.

C'est le Canard Enchaîné qui révèle l'information, dans son édition de mercredi 19 novembre. Selon l'hebdomadaire, plusieurs poids lourds de la banque sont concernés par l'affaire. Parmi eux, Baudouin Prot, président de la banque, qui est en partance, son prédécesseur Michel Pébereau ainsi que le directeur général délégué Philippe Bordenave.

Ils sont soupçonnés d'avoir vendu durant le premier semestre 2014 des actions, entre 44 et 49 euros, inquiets des sanctions américaines à venir sur la violation de l'embargo sur Cuba et le Soudan.  L'hebdomadaire évoque deux périodes pour cette cession d'actions, courant 2013 et début 2014. Une consultation du site de l'Autorité des marchés financiers (AMF) montre toutefois qu'il n'y a eu aucune cession de titre BNP en 2014.  Entre les cessions intervenues en 2013 et aujourd'hui, la valeur de l'action BNP Paribas n'a pas particulièrement décroché: mardi, elle se situait dans le haut de cette fourchette, à 48 euros.

Des affaires historiques

Dans le jargon financier , un délit d'initié est un délit qui consiste à utiliser ou transmettre des informations non connues du public. Informations qui, si elles étaient connues, auraient un impact (positif ou négatif) sur la valeur du titre en bourse.

En la matière, l'un des cas les plus célèbres est celui de Pechiney . Dans les années 80, la société française annonce une OPA sur Triangle, une entreprise new-yorkaise. Mais quelques jours avant la vente officielle, le prix des actions de Triangle s'envole. Il a été avéré par la justice que plusieurs homme d'Etat français avaient eu connaissance de la vente avant son officialisation. Ils avaient acheté des titres en masse, ce qui avait fait exploser les prix. Ils avaient été condamnés à des peines de prison ferme.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info