La Première ministre Élisabeth Borne a annoncé mardi le versement "à la rentrée" d'un nouveau chèque inflation pour soutenir le pouvoir d'achat des Français.
Ce dispositif sera ciblé vers les familles les plus en difficulté.

Une aide supplémentaire pour faire face à la hausse généralisée des prix. Alors que le litre de carburant est repassé au-dessus des deux euros en dépit de la ristourne du gouvernement, l'exécutif accélère. Mardi, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé une nouvelle mesure de soutien au pouvoir d'achat des ménages : une indemnité inflation. Voici ce qu'il faut savoir.

Qui est concerné ?

Contrairement au "chèque inflation" de 100 euros distribué par le gouvernement via les entreprises à quelque 38 millions de Français à l'automne 2021, cette nouvelle aide n'est pas universelle. Elle concernera uniquement les familles modestes qui subissent de plein fouet la hausse des prix, a précisé Élisabeth Borne sur France Bleu. Selon les informations du service politique de TF1/LCI, entre trois et six millions de Français pourraient la recevoir, mais le gouvernement doit encore définir précisément les foyers concernés.

Quel montant ?

La cheffe du gouvernement n'a pas non plus indiqué le montant de cette aide. Toujours d'après nos informations, elle pourrait osciller entre 100 et 150 euros, et sera modulable en fonction du nombre d'enfants dans le foyer. Le président de la coopérative agricole, Dominique Chargé, évoque de son côté un montant de "150 euros".

Quel versement ?

Pour la distribuer, le gouvernement veut aller au plus simple. "Dans l'urgence", cette aide sera versée de façon automatique sur le compte en banque des bénéficiaires, qui l'utiliseront donc à leur guise. Au niveau du délai, Élisabeth Borne assurait mardi que le versement arriverait dans la poche des concernés "à la rentrée".

Le gouvernement travaille par ailleurs à un "chèque alimentaire", destiné à aider les familles modestes à accéder aux produits biologiques et émanant de circuits courts.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info