Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale

Carburants : les prix à la pompe vont-ils exploser ?

Publié le 17 novembre 2022 à 17h08, mis à jour le 17 novembre 2022 à 18h23
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : JT 13h Semaine

Avec la baisse des aides à la pompe, le prix des carburants est repassé au-dessus de 2 euros le litre dans la plupart des stations-service mercredi.
L'entrée en vigueur d'embargos sur le pétrole brut et le gazole russes pourraient aussi faire monter les prix.
Pour en savoir plus, TF1info a contacté Olivier Gantois, président d'Ufip Energies et Mobilités, porte-parole de l'industrie pétrolière en France.

Les prix des carburants repartent à la hausse, et ce n’est que le début ! Ce mercredi 16 novembre, la ristourne de 30 centimes d'euros (TTC) sur le litre de carburant octroyée par l'État depuis le 1er septembre et celle de 20 centimes de TotalEnergies dans ses stations-service ont été ramenées toutes deux à 10 centimes d'euros. Comme attendu, les prix affichés à la pompe sont repassés au-dessus de 2 euros dans la plupart des stations-service de l'Hexagone. 

Les rabais de 10 centimes continueront d'être appliqués jusqu'au 31 décembre, puis une aide ciblée pour les automobilistes "qui ont du mal à joindre les deux bouts" doit prendre le relais, a fait savoir le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, en début de semaine. 

Lire aussi

Entretemps, le cours du baril pétrole risque pourrait lui aussi repartir à la hausse, et par effet de ricochet encore alourdir la facture des automobilistes. L’embargo sur le pétrole russe, acté en mai dernier par l’Union européenne en représailles à l’invasion de l’Ukraine, sera effectif à partir du 5 décembre prochain. "Cela peut avoir un impact le prix du baril de pétrole brut, mais on n’en est pas certain et on n’en pas connait pas l’ampleur", explique Olivier Gantois,  porte-parole de l'industrie pétrolière en France, joint par TF1info. L’an dernier, la France importait depuis la Russie un peu moins d’un tiers de son pétrole brut.

Or, l’évolution du prix pétrole brut se répercute généralement sur celui du litre de gazole, d'où la crainte de voir le prix des carburants à la pompe s'envoler eux aussi. "Si l’on regarde l’évolution du gazole depuis le début de l’année, le litre était autour de 70 centimes hors taxes début janvier sur le marché de Rotterdam. Ensuite, il est monté à plus d'un euro juste après l’invasion russe en Ukraine. Dans le même temps, le pétrole brut est lui passé de 85 à 115 dollars. Cela montre bien que les deux sont étroitement liés", souligne Olivier Gantois.

Début février, une hausse du prix du litre de gazole n'est pas à exclure du fait de la nervosité des marchés

Olivier Gantois, le président l'Union française des industries pétrolières

À en croire le porte-parole de l'industrie pétrolière en France, le risque de pénurie est toutefois relativement faible, en tout cas pour le moment, car "un jeu de vases communicants" va se mettre en place. "Le pétrole brut russe va aller dans des pays qui n’ont pas décrété d’embargo, ce qui va libérer du pétrole en provenance d’Amérique du Nord ou du Moyen-Orient, qui lui pourra venir en Europe, et donc aussi en France, explique Olivier Gantois. De plus, certains producteurs pétroliers ont pris, dès le début de la guerre, la décision d’arrêter d’acheter du pétrole brut russe."

Des incertitudes subsistent, en revanche, avec l'entrée en vigueur, à partir 5 février 2023, de l’embargo sur les importations de gazole en provenance de Russie. Avant la guerre en Ukraine, le gazole russe représentait 30% des importations de gazole de la France. "C'est beaucoup, mais on pense qu’il n’y aura pas de problème de pénurie. Début février, une hausse du prix du litre de gazole n'est pas à exclure du fait de la nervosité des marchés", prévient le président de l'Ufip Énergies et Mobilités. Difficile toutefois de savoir dans quelle mesure, précise-t-il. 

Selon ce spécialiste, il ne faut pas se faire d'illusions : tant que la guerre en Ukraine durera, les prix resteront élevés. "Dans les périodes de guerre où l’un des belligérants est le troisième producteur mondial, les marchés sont extrêmement nerveux et vous pouvez avoir des variations à tout moment", souligne Olivier Gantois. "Imaginons par exemple que la Russie et l’Ukraine décident d’engager de vrais pourparlers pour sortir de la guerre, les prix pourraient alors s’écrouler. Mais si les pourparlers ne donnent rien trois jours plus tard, ils pourraient alors remonter", ajoute ce spécialiste. Une chose est certaine, les remises auront disparu et les prix à la pompe augmenteront mécaniquement de 20 centimes dans l’ensemble des stations.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info