La Commission des comptes de la Sécurité sociale a annoncé jeudi que les comptes de la "Sécu" vont se dégrader davantage que prévu en 2024.
Elle projette désormais un déficit de 16,6 milliards en 2024, contre 10,5 milliards initialement programmés.

Une mauvaise nouvelle pour les finances publiques. Les comptes de la Sécurité sociale vont se dégrader davantage que prévu en 2024, prévient jeudi la Commission des comptes. Elle prévoit un déficit de 16,6 milliards en 2024, contre 10,5 milliards initialement programmés dans le budget de la Sécurité sociale 2024. 

Ce grand écart - le déficit gonfle de 60% (+6 milliards) - s'explique surtout en raison de recettes moins favorables qu'attendu. "La dégradation proviendrait pour l'essentiel des recettes de prélèvements sociaux sur les revenus d'activités et des recettes fiscales", explique l'instance dans un rapport présenté jeudi à Bercy, en présence des ministres "sociaux". Cette dégradation "traduit principalement l'actualisation des hypothèses économiques" faites par le gouvernement en avril dans le cadre du "programme de stabilité", les prévisions budgétaires transmises à l'Union européenne, ajoute-t-elle.

Les branches maladie et vieillesse particulièrement touchées

La situation s'est aggravée sur chacune des cinq branches de la Sécurité sociale. Toutefois, la branche maladie et la branche vieillesse connaissent les difficultés les plus importantes. Ainsi, dans les nouvelles prévisions, la première sera déficitaire de 11,4 milliards d'euros (contre 8,5 milliards initialement prévus), tandis que la seconde sera déficitaire de 8,3 milliards (contre 5,8 milliards prévus).

À noter que la note a également été alourdie pour l'année 2023 : le déficit de la Sécurité sociale n'a pas été de 8,7 milliards d'euros comme l'estimait le gouvernement, mais de 10,8 milliards d'euros. 

Ce rapport fait suite à celui de la Cour des comptes, la veille. Parmi ses recommandations pour tenter de reprendre le contrôle, elle suggère de s'attaquer à la progression des dépenses d'indemnisation des arrêts de travail. Elle propose aussi de regonfler les recettes à la Sécu en s'attaquant aux exonérations de cotisations sociales sur les compléments de salaire. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info