Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale

Union européenne : les règles budgétaires suspendues jusqu'en 2023 à cause de la guerre en Ukraine

Aurélie Loek
Publié le 23 mai 2022 à 12h24
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La Commission européenne a annoncé que les règles budgétaires auxquelles les membres de l'UE sont normalement soumis ne s'appliqueront pas jusqu'en 2023.
La raison évoquée est le choc économique provoqué par la guerre en Ukraine.
Les règles n'étaient plus appliquées depuis mars 2020.

Les mesures exceptionnelles mises en place face à la crise du Covid-19 continueront au sein de l'Union européenne, a annoncé la Commission européenne, ce lundi 23 mai. Face à la guerre en Ukraine, qui introduit des "hausses sans précédent des prix de l'énergie" et des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, l'institution européenne a décidé de continuer à suspendre les règles budgétaires imposées aux États membres de l'UE.

Un appel, malgré tout, à la rigueur

Le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, a cependant précisé lors d'une conférence de presse que cette "clause de sauvegarde générale", qui permet de déroger aux règles de discipline budgétaire, devrait être désactivée en 2024. Ces règles obligent les États à limiter les déficits publics à 3% et la dette à 60% du Produit intérieur brut (PIB). Elles avaient été suspendues début 2020 lors du déclenchement de la crise sanitaire. Cela a permis aux 27 pays membres d'engager des dépenses exceptionnelles de soutien aux ménages et entreprises pour éviter un crash économique.

Malgré cette suspension du pacte de stabilité, Valdis Dombrovskis a appelé les États à la rigueur. "La politique budgétaire devra être prudente en 2023, en contrôlant la croissance des dépenses courantes primaires financées par l'État", a souligné la Commission. La politique budgétaire doit être prête à s'adapter à l'évolution de la situation et Bruxelles fournira de nouvelles recommandations après l'été.

La guerre et l'impact des sanctions contre la Russie ont poussé Bruxelles à réduire drastiquement, la semaine dernière, ses prévisions de croissance du PIB pour l'UE et la zone euro en 2022. Elle table désormais sur 2,7% contre 4% en début d'année et n'exclut pas une nouvelle détérioration.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info