Le 20h

Augmentation de salaires : casse-tête dans les PME

Publié le 27 septembre 2022 à 20h06
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Les entreprises subissent une forte pression pour accorder des augmentations.
Les grands groupes peuvent souvent se le permettre.
Mais les petites entreprises n'ont parfois les reins pas assez solides.

Frank Bourreau a reçu une augmentation de salaire de 4%. Il est un préparateur de commande chez Active Répartition, une PME qui achète et livre des médicaments. Cet été, une augmentation générale pour les 25 salariés, en plus des augmentations annuelles. Ça ne couvre pas l'inflation à presque 6 %, mais c'est déjà ça.

C'est un choix stratégique pour le patron. Il a dû réduire ses marges pour offrir ce coup de pouce, sinon il risquait de perdre sa main-d’œuvre. D'autant que préparateur de commande est un métier très recherché. "Nous, on n'est pas en position de force. Ça vaut le coup. Aujourd'hui, c'est une décision qui est prise comme les futurs pour faire en sorte de garder les gens", explique le directeur général Sam Sayah.

Pour les PME comme celle-ci, dont les carnets de commandes sont pleins, l'effort est possible. C'est le cas récemment pour le groupe Stellantis qui va verser au mois d'octobre une prime allant jusqu'à 1 400 euros à tous ses salariés. Mais pour d'autres, notamment dans le secteur de l'agroalimentaire, la coupe est pleine.

Fabrice Pottier, boulangerie "Maison Pottier", emploie dix personnes. Pour lui, la masse salariale représente un coût important. Cela rend plus difficiles les augmentations de salaire. La dernière fois que leur patron a pu leur donner un coup de pouce, c'était en juin dernier, une prime carburant. Mais à partir de maintenant, il n'y aura plus de prime ni d'augmentation. Conserver ses dix salariés, pour ce patron, c'est ça, la priorité.

TF1 | Reportage J. Corbillon, G. Vuitton, F. Jolfre


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info