La flambée des prix de l'énergie

Carburant : s’unir pour payer moins cher

Reportage TF1 : G. Charnay, S. Thizy.
Publié le 28 mars 2022 à 20h06, mis à jour le 29 mars 2022 à 11h38
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Covoiturage, tarif à la pompe fixé en mairie... Près de Lyon, des mesures sont prises pour aider les automobilistes à faire des économies.
Nous y sommes allés pour y voir plus clair.

Elles sont là tous les matins, dans un endroit qui ressemble presque à un arrêt de bus. Et leur chauffeur du jour, Blandine, les conduit de Bourgoin-Jallieu à Lyon, un trajet de 38 km. Le covoiturage, ça n'a rien de nouveau. Sauf qu'ici, pour les passagers, c'est gratuit. Élodie Ferrand, utilisatrice du covoiturage "Lane", se passe donc désormais de sa voiture. Pour ce trajet, Blandine touche 7 euros. Cela est possible, car ce sont les métropoles qui financent avec 200.000 euros par an partagés entre Lyon et Bourgoin-Jallieu. Et c'est un succès. On enregistre cinq arrêts de covoiturage et cinq cents trajets enregistrés par semaine.

Selon Vincent Chriqui, premier vice-président (LR) délégué aux mobilités de la Communauté d'agglomération porte de l'Isère, une voiture passe toutes les 4 ou 5 minutes donc il n'y a aucune attente. Selon lui, le financement d'une ligne de bus coûterait cinq fois plus cher.

Du centre-ville de Lyon à la verdoyante Haute-Loire, où pour faire baisser la facture de carburant, on mise sur les stations-service communales, comme à Riotord, 1200 habitants. Le gazole est de 2,099 euros. C'est en moyenne cinq centimes de moins que dans les stations les plus proches, car c'est en mairie qu'on fixe le tarif. Parmi les fournisseurs, on choisit le meilleur prix auquel on ajoute trois centimes d'euros de marge seulement. Selon Guy Peyrard, maire (SE) de Riotord, la mairie ne gagne pas d'argent avec la station. Cette marge paie l'entretien de la station et les heures de secrétariat. Et c'est ce qui fait la différence.

Lire aussi

Des pompes automatiques et des abonnements pour fidéliser les artisans. Les stations de ce genre coûtent 350 000 euros, subventionnés à 80% par l’État et la région. La Haute-Loire en compte cinq au total.


Reportage TF1 : G. Charnay, S. Thizy.

Tout
TF1 Info