Le club très fermé des EPR conçus par EDF compte depuis quelques jours un nouveau site, celui de Flamanville en Normandie.
Après des années de travaux, le chargement du combustible d'uranium est désormais terminé.
Une équipe de TF1 a pu filmer au plus près les opérations dans la centrale, dans la dernière ligne droite avant la mise en service complète.

Après 17 ans de chantier, il n'y a plus aucune grue à l'horizon, et à l'intérieur, il faut encore quelques pas pour enfin découvrir le réacteur nouvelle génération tant attendu de Flamanville. Devant nos yeux, un dôme de 43 mètres de large. Exceptionnellement, une équipe de TF1 a pu approcher le cœur du réacteur. C'est une piscine dans laquelle sont plongés plus de 60.000 tubes de métal remplis d'uranium, que l'on découvre dans le reportage en tête de cet article.

"Une grande fierté"

Nous avons pu assister au chargement d'un assemblage combustible sous une grande machine. Le tout est automatisé. Au fond, il y a la cuve qui fait dix mètres de profondeur. L'opération est délicate, et environ trente personnes y sont mobilisées jour et nuit. Pour les salariés, c'est une grande satisfaction, après douze ans de retard et des problèmes techniques à répétition. "C'est une grande fierté pour l'ensemble des équipes qui ont œuvré pour construire cet EPR, pour l'essayer puis aujourd'hui pour le démarrer", précise Alain Morvan, directeur du projet Flamanville 3.

En revanche, la pleine mise en marche n'est pas pour tout de suite. Dans quelques semaines aura lieu la première réaction nucléaire. La production d'électricité et le raccordement aux réseaux sont prévus cet été. Le réacteur sera au maximum de sa puissance d'ici à la fin de l'année 2024. Il sera alors capable de produire 50% d'énergie en plus par rapport à un réacteur classique, de quoi alimenter deux millions de foyers en électricité.


La rédaction de TF1info | Reportage : Valentin Dépret, Pierre Gallaccio, Hippolyte Riou Du Cosquer

Tout
TF1 Info