Chauffeur, infirmière, coiffeuse… L'essence à près de 2 euros les pousse à adapter leur quotidien

par T.A. | Reportage TF1 : Cassandre DEWAEGENEIRE, Bixente HACALA et Cécile MADRONET
Publié le 23 avril 2024 à 7h00

Source : TF1 Info

Le prix du litre d'essence s'approche à nouveau des 2 euros.
Le sans-plomb 95 a atteint son niveau le plus haut depuis septembre dernier.
De nombreux professionnels, dans l'impératif d'utiliser leur voiture, doivent s'adapter.

Il ne lâche pas des yeux le compteur, car l'essence a dépassé les deux euros. Hassan Kadiri est chauffeur VTC depuis deux ans et parcourt 150 km par jour. Sur son salaire de 1800 euros, 100 euros partent chaque semaine pour faire le plein. "On est obligés de travailler plus, sinon on risque de travailler à perte, indique le conducteur dans le reportage du 20H à retrouver en tête de cet article. Pour combler, on fait des heures de plus, on fait des heures de nuit, ça touche nos vies de famille." Pour compenser, il travaille deux heures supplémentaires chaque jour. 

"Ça représente entre 30 et 40 % de mes charges annuelles"

Face aux prix du carburant, les travailleurs libéraux sont en première ligne. À Poitiers (Vienne), Erica Martin soigne des patients toute la journée. Depuis 12 ans, elle est infirmière libérale. Avec ses 120 km effectués par jour, cette dernière voit son budget essence exploser. "Ça représente entre 30 et 40 % de mes charges annuelles, rapporte la professionnelle. De 6 heures du matin jusqu'à 20 heures, on va de maison en maison pour soigner les patients, donc on passe notre journée dans la voiture."

Enfin, Sabrina Shalaby, coiffeuse depuis 2015, a dû faire des sacrifices. Avec ses 100 km à parcourir chaque jour, impossible de répercuter son budget essence sur les coupes de cheveux qu'elle facture. "Les clientes sont généreuses, il y a toujours un petit pourboire qui vient se rajouter, souligne cette dernière. [Mais l'essence], je n'ai pas voulu l'imputer, donc je la prends vraiment à ma charge." Ses déplacements lui coûtent chaque semaine 70 euros. Elle vient d'investir dans une nouvelle voiture, un véhicule hybride, pour réduire ce type de charges à la fin du mois.

Le litre de sans-plomb 95 n'avait pas atteint un niveau aussi haut depuis le mois de septembre dernier, lorsqu'il avait dépassé les 1,90 euro. Ces dernières semaines, les tensions au Proche et au Moyen-Orient ont contribué à faire augmenter ces tarifs. Mais plusieurs analystes estimaient la semaine que l'attaque de l'Iran sur Israël, le 13 avril, n'aurait toutefois pas un effet "économiquement dévastateur" sur les prix du pétrole, et donc, du carburant. À moins, bien sûr, que la situation ne s'enflamme encore plus dans la région…


T.A. | Reportage TF1 : Cassandre DEWAEGENEIRE, Bixente HACALA et Cécile MADRONET

Tout
TF1 Info