Inflation : les prix s'envolent

Crise de l'énergie : Le Maire appelle nos voisins européens à intervenir "quand les prix s'emballent"

S.M avec AFP
Publié le 19 octobre 2022 à 20h40
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les États doivent intervenir pour réguler les prix de l'énergie, quand les marchés se montrent incapables de le faire, selon Bruno le Maire.
Une position que le ministre de l'Économie va défendre auprès de ses homologues allemands.
Dans un entretien à l'AFP, il évoque le plafonnement des prix dont bénéficient l'Espagne et le Portugal.

À mesure que les prix de l'énergie flambent, l'exécutif français tient à jouer son rôle. C'est ce que défend, ce mercredi, Bruno Le Maire. Dans un entretien accordé à l'AFP, le ministre de l'Économie et des Finances a soutenu l'idée que les États doivent intervenir pour réguler les prix de l'énergie, quand les marchés se montrent incapables de le faire. 

"Nous continuons à penser avec le président de la République qu'il est dans l'intérêt de tous les pays européens de faire baisser les prix de l'énergie sur le marché. Quand les prix s'emballent, les États doivent intervenir", a jugé le ministre, peu avant un entretien avec ses homologues allemands Robert Habeck (Économie et protection du climat) et Christian Lindner (Finances).

"Nous continuerons à nous battre"

Pour faire baisser les prix de l'énergie, la Commission européenne a déjà présenté mardi des propositions visant à réformer l'indice phare du marché gazier, éviter des prix extrêmes et définir un niveau obligatoire d'achats en commun. Mais l'institution n'a pas proposé de plafonner le prix du gaz utilisé pour produire de l'électricité, à l'instar de ce qui a été mis en œuvre en Espagne et au Portugal.

Lire aussi

La France essaye depuis des semaines "d'obtenir un accord sur la baisse des prix de l'électricité au niveau européen, notamment par l'extension du mécanisme ibérique à tout le continent européen. Nous continuerons à nous battre dans ce sens, comme nous continuerons à nous battre pour la disjonction du prix du gaz et du prix de l'électricité", a déclaré le ministre français. Bruno Le Maire a aussi indiqué vouloir "maintenir le filet de sécurité qui existe déjà pour les plus petites entreprises. 1,5 million de TPE sont aux tarifs régulés de vente (TRV). Nous maintiendrons ce tarif-là". Pour les autres entreprises énergo-intensives, "nous présenterons des solutions dans les jours qui viennent, et nous y travaillons notamment avec la CPME", a encore indiqué Bruno Le Maire.


S.M avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info