Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Crise sanitaire : le gouvernement annonce de nouvelles aides pour les entreprises fermées

Publié le 15 janvier 2021 à 10h39, mis à jour le 15 janvier 2021 à 10h48
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

REPORTAGE - Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a annoncé jeudi plusieurs nouvelles mesures pour aider les entreprises à supporter les conséquences de l’épidémie de covid-19.

Les entreprises fermées et des secteurs qui en dépendent qui réalisent plus d’un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel vont bénéficier d’une prise en charge de leurs coûts fixes allant jusqu’à 70 %, dans la limite de 3 millions d’euros pour l’ensemble du premier semestre 2021. 

Bruno Le Maire a expliqué que cette mesure s’adresse aux "structures importantes" comme les chaînes d’hôtels, les "restaurateurs qui ont plusieurs restaurants dans une même ville", ou les "activités indoor" telles que les bowlings ou les salles de sport. Cette nouvelle aide s’ajoutera à celles déjà perçues au titre du Fonds de solidarité.

Dans les stations de ski, toujours fermées, cette mesure n'est pas adéquate. "On est déçu de ce plafond de trois millions d'euros. Ça nous ferait une indemnité de quatre millions. C'est loin du manque à gagner qu'on a de la fermeture de la station. Et ça met en péril l'entreprise", explique Pascal Dury, directeur administratif et financier - Sagets Les Gets (Haute-Savoie), sollicité par TF1.

Le gouvernement confirme par ailleurs que le chiffre d'affaires de la vente à emporter ne sera pas comptabilisé dans le calcul des aides. Un moindre mal pour David Zenouda, gérant "Café A" - Paris (10e), "plutôt soulagé" que ces ventes à emporter ne soient pas comptabilisées : "Ce n'était pas le chiffre d'affaires qui importait. C'était plus ce besoin moral de continuer d'avoir une activité et de retrouver sa clientèle", souligne ce restaurateur à TF1.

Pour tenir le choc, le remboursement des prêts garantis par l'État est désormais reporté d'un an pour les entreprises fermées des secteurs de la restauration, du tourisme, de l'événementiel, de la culture et du sport. "On va pouvoir commencer à rembourser en mars 2022 à la place de mars 2021. Et ça c'est un gros poids déjà qui est enlevé économiquement chez nous", se réjouit Éric Isler, directeur général - Aquarium d'Amnéville (Moselle).

Les viticulteurs, particulièrement touchés par des sanctions douanières américaines dans le cadre du conflit commercial UE/USA vont bénéficier d’un "effort particulier", et seront à ce titre inclus dans le Fonds de solidarité, par ailleurs désormais réservé aux secteurs frappés directement ou indirectement par les restrictions administratives prises pour lutter contre l’épidémie de covid-19. 

Les viticulteurs qui perdent 50 % de leur chiffre d’affaires seront indemnisés à hauteur de 15 % dans la limite de 200 000 euros par mois, et de 20 % pour ceux qui perdent 70 % de chiffre d’affaires. "Et ils pourront également bénéficier de la prise en charge de coûts fixes, avec (un) plafond de 3 millions d’euros pour les grosses structures", a précisé Bruno Le Maire.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info