Le 1ᵉʳ février dernier, Bruno Le Maire annonçait une multiplication des contrôles de l'origine des produits agricoles vendus dans le commerce.
"Je serai intraitable", assure ce mardi le ministre de l'Économie face aux caméras du 20H de TF1, qui présente en exclusivité un premier bilan des contrôles effectués depuis le début de l'année.

"Nous prévoyons plus de 10.000 contrôles sur l'origine France des produits", promettait le 1ᵉʳ février dernier le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, en réponse aux revendications des agriculteurs. Depuis le début de l'année, les contrôles de l'origine française des produits alimentaires par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ont concerné 1918 établissements, supermarchés et petits commerces confondus, selon les chiffres transmis en exclusivité à TF1 par Bercy. Ces contrôles portent sur l’ensemble des produits alimentaires bruts et frais, notamment dans les secteurs des fruits et légumes, des produits carnés et des boissons alcoolisées. 

Parmi les établissements contrôlés, plus de 683 infractions à l'origine France ont été constatées, soit dans environ un tiers des cas. Parmi eux, 413 établissements ont reçu un simple avertissement et un rappel des règles, tandis que 149 procès-verbaux ont été établis et transmis à la justice. "C’est absolument considérable", souligne auprès de TF1 Bruno Le Maire, qui s'exprime dans le reportage que le 20H consacre ce mardi soir à ce premier bilan. 

Des melons espagnols étiquetés Origine France

Le ministre donne plusieurs exemples des produits épinglés, comme des melons venus d’Espagne présentés comme tricolores, ou des cèpes originaires de Roumanie, eux aussi étiquetés par un producteur du Périgord comme étant d'origine française. Dans ces cas, les commerçants risquent, en tant que personnes privées, 300.000 euros d'amende et deux ans d’emprisonnement. Pour les personnes morales, comme cette société viticole également citée par Bruno Le Maire, qui "importait du vin venu d’Espagne, le rendait ensuite effervescent et le vendait comme vin pétillant origine France", c'est 10% d'amende sur le chiffre d'affaires qui sont encourus. 

"Je serai intraitable", promet Bruno Le Maire, qui assure que le gouvernement veut aller "au bout de ces 10.000 contrôles" et "au bout des sanctions qui doivent être imposées aux particuliers comme aux entreprises".


La rédaction de TF1info | Avec Mathilde Guenegan et Bastien Augey

Tout
TF1 Info