De plus en plus de Français connaissent des difficultés financières et contractent parfois des crédits.
Des prêts qui sont plus difficiles à rembourser.
Mais il existe quelques solutions.

Face à la hausse des prix, de plus en plus de Français connaissent des difficultés financières. "Je suis en surendettement. Tous les jours, je regarde mon compte en banque. Avec un salaire de 1600 euros et un loyer de plus de 800 euros, forcément, on ne peut pas tout faire", témoigne la cliente d’une grande surface. "Il est hors de question de faire un crédit conso, surtout pour manger", ajoute une autre. 

Certains partagent leur inquiétude sur Internet. "J’ai contracté quatre crédits sur l’année écoulée, je n’arrive plus à m’en sortir", peut-on lire sur Facebook. "La banque ne veut rien savoir, et l’huissier pareil, que puis-je faire", dit un autre post. 

Le mois dernier, 9000 cartes bancaires ont été retirées à leurs titulaires, soit 28% de plus en un an. Et il suffit souvent d’un élément, une facture inattendue, par exemple, pour basculer dans de grandes difficultés financières. 

"Faire attention aux dépenses récurrentes"

Pourtant, des solutions existent. "Votre créancier peut vous permettre d’avoir un étalement des paiements qui peut provisoirement vous aider", explique Stéphanie Truquin, économiste pour l’association Familles rurales. 

Vous pouvez aussi revoir votre budget pour mieux le maîtriser. "On peut faire attention par exemple aux dépenses récurrentes, c’est-à-dire les petits abonnements qui traînent, comme une assurance dont on n’a pas besoin. On conseille aussi aux familles d’éviter de faire leurs courses quotidiennes avec leurs enfants puisque les enfants vont avoir tendance à demander beaucoup de choses", reprend Stéphanie Truquin. 

Côté prêts immobilier, vous pouvez négocier un report d’échéance ou faire une modulation de votre prêt. "Certaines offres prévoient de baisser de 5% à 30% les mensualités de votre crédit pendant une période spécifique. Si vous n’avez pas ces conditions-là, il va falloir passer par une renégociation de votre prêt, donc rallonger la durée, en le rachetant pour vous permettre de baisser les mensualités. Ça aura un coût mais ça va vous permettre de reprendre de l’oxygène", conseille Cécile Roquelaure, porte-parole de la société de courtiers Empruntis. Vous pouvez également prendre une autre assurance emprunteur. À partir du 1er septembre, la procédure sera plus simple. Vous pourrez en changer à tout moment et sans frais. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Julien Roux, Fabrice Maillard, Florence Couturon

Tout
TF1 Info