Le 20h

Écotaxe : le retour d’un débat inflammable

Publié le 16 mars 2021 à 20h19, mis à jour le 17 mars 2021 à 15h55
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le projet de loi sur l'écotaxe sera examiné au parlement à la fin mars. Mais déjà, il fait réagir les chefs d'entreprises de transport.

Dans l'entreprise de transport de marchandises Charlon, basée à Sète (Hérault), le patron ne veut pas payer une taxe de plus. Taxe sur contrats d'assurance, taxe sur véhicules de tourisme des sociétés... Il nous en a listé onze actuellement. Alors, le retour de l'écotaxe sera "insupportable". Selon Christophe Charlon, pour rester rentable, il n'y aurait qu'une solution. "Si ça se répercute sur le transport, ça se répercutera sur le prix global du produit en magasin ou du produit livré chez le consommateur", a précisé le gérant.

Concrètement à l'avenir, chaque région pourrait choisir de mettre en place ou pas une écotaxe, pourrait aussi choisir les routes soumises à ce dispositif et enfin le niveau de taxation. La Bretagne n'est pas intéressée, mais d'autres régions y sont favorables. C'est le cas de la Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est et l'Île-de-France. Leur objectif est d'inciter les transporteurs routiers à choisir le fleuve ou le rail pour leurs marchandises.

Ce n'est pas si simple pour Laurent Galle, président du groupe Noblet, qui fait uniquement du transport régional. "Par exemple, de Palaiseau jusqu'à Mitry-Mory, en train ou en bateau, c'est impossible. De toutes les façons, ça se fera par la route", a-t-il expliqué. Selon le gérant, ces taxes qui ne concernera pas les principaux axes autoroutiers, mais davantage des routes secondaires, pourraient même être contre contre-productives.

L'économie vous intéresse ? Alors, découvrez le podcast de l'émission "Lenglet Déchiffre"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Lenglet déchiffre donne la parole aux grands patrons, économistes ou intellectuels. Ils livrent leur vision de l’actu éco et répondent aux questions économiques du moment.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info