La flambée des prix de l'énergie

Jean Castex annonce un blocage du prix du gaz jusqu'en avril 2022

ER
Publié le 30 septembre 2021 à 21h20, mis à jour le 11 octobre 2021 à 12h57
JT Perso

Source : TF1 Info

"BOUCLIER TARIFAIRE" - Le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi sur TF1 que le gouvernement va "bloquer les prix du gaz" jusqu'au mois d'avril, pour palier les hausses en séries subies par les Français depuis plusieurs mois.

"Il n'y aura plus d'augmentation du prix du gaz" après la hausse de 12,6% prévue vendredi 1er octobre, a promis Jean Castex sur le plateau de TF1 ce jeudi soir. Le chef du gouvernement a annoncé la mise en place d'un "bouclier tarifaire" jusqu'au mois d'avril, moment où "le prix du gaz devrait dégringoler" du fait de la reprise économique, selon le Premier ministre.

Ce bouclier ne permettra toutefois pas d'éviter l'augmentation de 12,6% TTC, effective vendredi 1er octobre, des tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie, dans le sillage de la hausse des cours sur le marché. "Donc nous avons à gérer une bosse" jusqu'au printemps 2022, a observé le Premier ministre qui promet "d'accompagner" les distributeurs. 

Le prix du gaz a déjà augmenté de 57% depuis le début de l'année et devait encore augmenter de 30% d'ici décembre, soit une hausse de 600 euros en un an pour 5 millions de foyers concernés. 

Le but de ce bouclier tarifaire est de "lisser" la hausse violente des prix, selon le Premier ministre. La chute habituelle et attendue des prix du gaz au printemps, après la saison du chauffage, sera ensuite répercutée seulement en partie sur les consommateurs, afin de récupérer les sommes que les opérateurs auront payées en plus pendant l'hiver sans pouvoir les facturer aux consommateurs. 

Une potentielle revalorisation du chèque énergie

Face à la forte hausse des prix de l'énergie depuis le début de l'année, le gouvernement avait précédemment annoncé un versement exceptionnel de 100 euros en décembre pour les bénéficiaires du chèque énergie. Mais si la dégringolade des prix attendue en avril ne se concrétise pas, le Premier ministre a également annoncé que "des mesures supplémentaires pourraient être prises, comme la baisse de taxes" ou une nouvelle revalorisation du chèque énergie. 

Il n'y aura en revanche pas d'aide face à l'augmentation du prix de l'essence : "on n'est pas dans l'explosion", a justifié Jean Castex, en estimant que les tarifs revenaient en réalité "à des niveaux d'avant-crise".


ER

Tout
TF1 Info