Le 13H

VIDÉO - Pénurie d'huile de tournesol : cet agriculteur du Puy-de-Dôme a trouvé le bon filon

La rédaction de TF1info | Reportage E. Vinzent, T. Rolnik, P. Delannes
Publié le 3 mai 2022 à 13h12
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'huile de tournesol est devenue une denrée rare, notamment pour les restaurateurs.
Dans ce contexte, un agriculteur du Puy-de-Dôme a le vent en poupe.
Avant même la pénurie, il commercialisait sa propre huile.

Pierre Chouvy est producteur d'huile de tournesol dans le Puy-de-Dôme depuis trois ans, mais il n'aurait jamais pensé en arriver là : être obligé de refuser de nouvelles commandes à longueur de journée. "Je n'en ai pas en stock", répond-il à un client face à la caméra du 13H de TF1. Car avec la pénurie d'huile de tournesol, il est chaque jour assailli de demandes. "Je ne peux pas satisfaire tout le monde, parce que c'est une toute petite unité de production", précise-t-il.

Parmi les huit livraisons à son agenda ce jour-là, figure Fabien Mathé, un traiteur chanceux qui a réussi à se procurer six bidons du précieux liquide. "On cherche vraiment la qualité et à faire travailler le local. Le prix vient en secondaire malgré qu'il soit important. Mais en rapport qualité/prix, il est vraiment très bien placé", souligne-t-il.

"Le tournesol, c'est celui de ma ferme, que je cultive moi-même"

Les clients fidèles de Pierre Chouvy ont augmenté les quantités de leurs commandes. "Ils nous prenaient l'huile pour faire les sauces, notamment. Et maintenant, c'est aussi pour faire tout ce qui est fritures", explique le producteur. Une aubaine pour cet agriculteur, qui a choisi de valoriser lui-même ses champs de tournesols. Son huile artisanale est environ deux fois plus chère que celles des industriels. 

Mais il défend la qualité de son produit et le coût d'une production manuelle. "Le tournesol, c'est celui de ma ferme, que je cultive moi-même, donc je me suis fixé un prix qui m'allait, qui est honnête", poursuit-il. Un prix qu'il n'a pas augmenté malgré l'inflation. 

Lire aussi

De quoi fidéliser ses clients restaurateurs, qui comptent désormais exclusivement sur cette huile locale qui, selon eux, se démarque très nettement à la cuisson. "Vous pouvez la monter un peu plus haute en température, ça ne pose pas de problème. Et elle ne brûle pas comme les huiles de supermarché", savoure Sébastien Terme, chef restaurateur à Saint-Martiel, en Ardèche.

Ce circuit court est aussi écologique, car il réduit l'impact du transport. Autant d'avantages qui ont poussé Pierre Chouvy à investir prochainement pour doubler ses capacités de production.


La rédaction de TF1info | Reportage E. Vinzent, T. Rolnik, P. Delannes

Tout
TF1 Info