Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale

Menace russe sur le gaz : quelles conséquences en France si les livraisons cessaient ?

TF1 | Reportage Sander Rang des Adrets, Bixente Hacala
Publié le 1 avril 2022 à 14h24
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Vladimir Poutine menace de couper l'alimentation en gaz russe dès ce vendredi 1er avril si les pays occidentaux ne l'achètent pas en roubles.
Or, la France et l'Allemagne ont déjà fait savoir qu'elles ne se plieraient pas à cette exigence.
Se pose donc la question de l'impact d'un arrêt des livraisons de gaz russe.

Comme Berlin, Paris l'a déjà fait savoir à Moscou : il est hors de question que la France paie le gaz naturel russe en roubles, comme exigé désormais par Vladimir Poutine. Alors, la Russie peut-elle stopper ses livraisons du jour au lendemain ? La réponse de principe est non : les contrats sont en euros et les modifier est illégal. Mais en temps de guerre, on quitte le domaine de la légalité et du rationnel. Selon le ministère de l'Économie, la France se prépare déjà à un potentiel arrêt des importations en provenance de Russie.

Vers un recours prolongé aux centrales à charbon ?

Peut-on, dès lors, redouter une pénurie ? "Le risque est réel. Il faut savoir que l'Union européenne consomme énormément de gaz russe", rappelle Nicolas Goldberg, spécialiste énergie et environnement chez Colombus Consulting. "Le couper du jour au lendemain, à court terme, ça ne se verra pas forcément tout de suite" en raison des stocks dont disposent la France et ses voisins, poursuit l'expert. En revanche, si la situation "perdure, si ça dure jusqu'à l'hiver, il y aura des conséquences".

Les stocks français ont été largement consommés ces derniers mois. Comme à chaque fin d'hiver, les réserves ne sont donc remplies qu'à 30%. En conséquence, l'État va devoir très vite trouver d'autres fournisseurs. Il pourrait aussi demander des efforts aux industriels pour ponctuellement moins consommer. Enfin, l'Hexagone pourrait également, comme l'Allemagne, prolonger l'exploitation de ses deux dernières centrales à charbon. 

Lire aussi

Autre question qui se pose au regard de cette crise : le prix du gaz va-t-il augmenter pour les particuliers ? Au total, onze millions de foyers français sont raccordés au gaz, soit 27 millions de personnes. Il est, pour l'heure, difficile de mesurer l'impact de cette crise sur leur facture de l'hiver prochain. Ce qui est certain, c'est ce qu'en s'approvisionnant ailleurs, au Qatar ou aux États-Unis, via des contrats courts, la France paiera son gaz beaucoup plus cher.


TF1 | Reportage Sander Rang des Adrets, Bixente Hacala

Tout
TF1 Info