FOCUS - On en sait un peu plus sur la fin du "quoi qu'il en coûte" pour soutenir notre économie. Vers quelles aides sur-mesure allons-nous nous diriger ?

Après 17 mois de "quoi qu'il en coûte", le bilan provisoire fait état de 300 milliards d'euros qui ont été empruntés sur le marché. Cet argent a servi à financer le dispositif de chômage partiel, le fonds de solidarité, mais aussi les prêts garantis par l'Etat octroyés aux entreprises qui le demandaient. Au total, ce sont plus de deux millions de sociétés qui ont été aidées.

Bruno Le Maire a fait savoir que le fonds de solidarité allait rester actif tous le mois de septembre. Jusqu'au 1er octobre, toutes les entreprises en difficulté, à l'exemple du secteur de la restauration ou les cinémas, pourront continuer à le toucher, si et seulement si, elles réalisent au moins 15% de leur activité. Le but est d'inciter les entreprises actuellement fermées à rouvrir.

Après le 1er octobre, seules les entreprises du tourisme et de l'événementiel, qui continuent d'enregistrer de fortes pertes, pourront continuer à toucher le dispositif d'aide au chômage partiel. Début novembre, le ministère de l'Économie rencontrera à nouveau les secteurs en difficulté pour faire le point.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info