Le 13H

Flambée du cours de l'aluminium : vers une hausse du prix des portes et fenêtres ?

Benoit Leroy | Reportage TF1 : Nicolas Hesse, Manon Monnier
Publié le 8 mars 2022 à 17h50
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'aluminium a dépassé lundi pour la première fois la barre des 4.000 dollars la tonne.
Les fabricants ou revendeurs de portes et fenêtres en ce métal, très dépendant de la production russe, craignent l'impact sur leurs prix.

C'est une nouvelle conséquence de la guerre en Ukraine. Après l'explosion du prix du gaz et des carburants, celui des fenêtres en aluminium risque bien d'augmenter fortement ces prochains mois. Entre le 1er janvier dernier et ce mardi 8 mars, le prix de l'aluminium a grimpé de 30%. Lundi, il a même atteint un record historique, à 4.073 euros la tonne. "Pour l'instant, on arrive à maintenir nos tarifications en réduisant nos marges", soupire Franck Guittenit, directeur d'une agence vendant des fenêtres en aluminium en Loire-Atlantique, dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Mais la situation pourrait ne pas durer.

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, le pic est extrêmement élevé, atteignant et dépassant donc la barre symbolique des 4000 euros par tonne. "On ne sait plus comment positionner nos approvisionnements", confie à TF1 Pierre Bordier, directeur général d'une usine de fabrication de menuiseries près de Nantes, dont la moitié des encadrements sont en aluminium. "L'inquiétude principale, c'est le retournement du marché, la baisse de la demande, et donc les conséquences sur les emplois", s'inquiète le dirigeant, pour qui 500 personnes travaillent.

Lire aussi

La perspective d'embargos qui viseraient directement les entreprises productrices de métaux inquiète toujours les investisseurs, alors que les combats se poursuivent en Ukraine et que le marché est déjà déstabilisé par les premières sanctions appliquées par l'Occident contre la Russie. Et pour cause, le groupe russe Rusal est le deuxième producteur industriel d'aluminium au niveau mondial. Même chose pour le pays entier, qui se classe au deuxième rang des producteurs de ce métal, avec plus de 3,5 millions de tonnes en 2017.

La question est désormais de savoir pendant combien de temps les prix de cette matière première seront au plus haut. Selon certains économistes, cette explosion boursière serait due à une avalanche de ventes de la part des spéculateurs. Signe d'une hausse peut-être passagère, le cours de ce même métal s'inscrivait à environ 3.000 dollars la tonne à 16h ce mardi.

Pour éviter toute mauvaise surprise, certaines entreprises font le choix de la sécurité. L'idée est "d'avoir un stock suffisant pour faire cet effet amortisseur dans ce contexte inflationniste", explique Pierre Bordier. Le responsable de l'usine de Loire-Atlantique explique avoir mis de côté entre cinq et dix mois de matières premières. Pour ce qui est du prix payé par les clients, il est encore trop tôt pour évaluer à quel point il sera affecté, estiment les entreprises du secteur.


Benoit Leroy | Reportage TF1 : Nicolas Hesse, Manon Monnier

Tout
TF1 Info