Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : l'usine Michelin de Cholet contrainte de fermer

La rédaction de TF1info | Reportage vidéo M. Giraud, X. Baumel
Publié le 4 mars 2022 à 13h16, mis à jour le 4 mars 2022 à 16h58
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

La guerre en Ukraine pénalise de nombreuses entreprises, dont Michelin.
Faute de l'approvisionnement d'un composant essentiel importé de Russie, l'activité de son usine de Cholet est suspendue pour une semaine.
Les ouvriers craignent que ces périodes d'interruption se répètent à l'avenir.

Vendredi matin, l'usine Michelin de Cholet (Maine-et-Loire) était encore en pleine activité. Mais à 13 h, les lignes de production ont été arrêtées. Afin de produire les pneus, l'usine a besoin de matières premières qui viennent de Russie et la guerre bloque tout approvisionnement. 

"Notre ligne est ralentie parce qu’il nous manque des matières premières de Russie ou d’Ukraine, comme par exemple du noir de carbone, de la gomme synthétique ou du câble", précise Benoît Chéhère, responsable de l'activité mélangeable dans l'usine.

"C'est inquiétant parce que ce n’est qu’un début"

Par conséquent, les salariés ont appris jeudi que l'usine serait fermée jusqu'à mardi matin. "On va nous retirer des jours de repos que la direction va nous imposer et qu’on n'aura aucune possibilité de poser plus tard", regrette David Goubault, salarié sur le site.

Les syndicats craignent par ailleurs que les périodes de fermeture se multiplient si l'invasion de la Russie en Ukraine se prolonge. "Bien sûr que c'est inquiétant parce que ce n’est qu’un début. La direction a laissé entendre qu'elle ne voyait pas le bout du tunnel. Elle est à la recherche d’un nouveau fournisseur, mais il faudrait déjà qu’elle le trouve", alerte un autre salarié, Mohammed Laftouhi.

Des répercussions sont aussi prévisibles sur les commerces qui se trouvent autour de l'usine. "Il y en avait qui venait avant l'embauche, souvent le matin. D’autres font leur pause déjeuner ici. Donc c’est vrai que dès qu’il y a une baisse d’activité chez eux, nous on le ressent aussi", se soucie Bastien Maguin, gérant de la boulangerie voisine.

Lire aussi

Ces conséquences économiques de la guerre deviennent concrètes et locales et déroutent les habitants de Cholet. "Il va y avoir pénurie, et il n'y aura plus de travail", craint ainsi une passante. À noter que cette usine ne sera pas le seul site de Michelin à être confrontée à une baisse d'activité. L'entreprise française a une trentaine de sites de production en Europe et la majorité devrait ralentir leur fonctionnement d'ici la semaine prochaine.


La rédaction de TF1info | Reportage vidéo M. Giraud, X. Baumel

Tout
TF1 Info