L'inflation a atteint plus de 5,2% pour le mois de mai. Un record depuis les années 80.
Et les entreprises ne pourront pas échapper à une augmentation des salaires.
Encore faut-il pouvoir se le permettre ? Ce qui n'est pas le cas de toutes les PME.

Cette entreprise alsacienne de 360 salariés fabrique des terrasses et balustrades. Le patron a récemment augmenté tous les petits salaires de 50 euros. Et les employés en sont reconnaissants. "Ça valorise le travail, donne envie de venir et nous permet d'avoir des fins de mois un peu moins compliquées", affirme l'un autre eux.

Pourtant, le secteur subit, comme beaucoup, la hausse des prix des matières premières. Le patron a pu augmenter un peu ses tarifs. Mais pour rester toujours compétitif, il doit désormais puiser dans ses réserves. Il le fait pour fidéliser et trouver de nouveaux salariés puisque l'entreprise a eu la chance d'avoir des opportunités de croissance.

Mais toutes les entreprises n'ont pas les mêmes possibilités de trésor. C'est le cas de cette PME, en Seine-et-Marne, qui fournit des produits d'hygiène et de sécurité aux collectivités locales. Elle subit de plein fouet la hausse des prix, notamment celle du papier. La direction a donc prévenu ses huit employés qu'il n'y aurait pas d'augmentation cette année. Dans cette structure familiale, les salariés comprennent la situation. Le patron aimerait que l'État défiscalise les heures supplémentaires. Ce qui lui permettrait de faire un geste pour ses employés. Et il espère pouvoir revaloriser les salaires en 2023.

TF1 | Reportage C. Chapel, É. Schings


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info