Inflation : les prix s'envolent

Michel-Edouard Leclerc a-t-il raison de dénoncer des hausses de prix suspectes ?

TF1 | Benoit Christal
Publié le 2 juillet 2022 à 20h09, mis à jour le 2 juillet 2022 à 23h42
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le PDG du groupe Leclerc estime que certaines hausses de prix sont suspectes.
Certains abusent-ils de l'inflation pour augmenter leurs profits ?

Michel-Édouard Leclerc a dénoncé des hausses de prix suspectes qui ne seraient pas toujours justifiées par l'augmentation des coûts de production. Il demande une commission d'enquête parlementaire. Il reproche à Nestlé de négocier une augmentation de 15 % sur ses confiseries. Contacté, le groupe suisse dément fermement et déclare que les augmentations proposées vont de 2,7 % à 6,7 % et qu'il absorbe une partie des surcoûts liés à l'inflation.

Après vérification, des marges de 17,6 % ont été enregistrées en 2019 avant la crise, contre 17,4 % en 2021. En juin 2022, ce ne sont pas les prix des grandes marques (+4,1 %)) qui ont augmenté en un an, mais ce sont ceux des marques de distributeurs (+6,6 %). Michel-Édouard Leclerc met plutôt la pression sur ses fournisseurs au moment de renégocier les prix.

Cependant, le PDG dru groupe a raison sur un point : il s'agit du transport maritime. En deux ans, le prix du container est passé de 1 300 euros à 7 000 euros. Dans le même temps, une entreprise de transport maritime comme CMA CGM a augmenté son bénéfice de 16 % en un an. Sous la contrainte du gouvernement, l'entreprise française vient de bénéficier le prix du container d'environ -10 %. Michel-Édouard Leclerc dit être particulièrement vigilant sur le prix du papier, de la nourriture pour animaux et des détergents, car il estime qu'ils sont excessifs.


TF1 | Benoit Christal

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info