Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Invasion russe : l’économie française à l’épreuve de la guerre

Publié le 3 mars 2022 à 20h25, mis à jour le 3 mars 2022 à 23h58
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un plan de résilience a été annoncé mercredi par Emmanuel Macron.
Des entreprises françaises et des particuliers pourraient en bénéficier.
Mais à quoi faut-il s'attendre ?

Nicolas Masnada se chauffe au gaz. En octobre 2021, il a vu sa facture bondir de 69 à 113 euros par mois. Un mois plus tard, le gouvernement décidait de bloquer les prix des tarifs réglementés pour éviter de nouvelles hausses. Le blocage est prévu jusqu'en juin. Le problème, c'est que le prix du gaz continue de grimper. Déjà élevé avant la guerre, son cours a plus que doublé depuis l'invasion russe. Le gouvernement réfléchit donc à prolonger ce bouclier tarifaire jusqu'à la fin de l'année.

Prolonger ce bouclier tarifaire coûterait au moins un milliard d'euros aux caisses de l'Etat et cela pourrait être l'une des mesures du plan de résilience, mais la guerre en Ukraine contribue aussi à faire augmenter le prix de certains produits, notamment ceux à base de blé comme le pain. Alors, des mesures seront-elles prises ? Il est trop tôt pour le dire selon Matignon.

Au sujet des aides pour les entreprises, Jean-Eudes Du Mesnil, secrétaire général de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) est inquiet. Une inquiétude qui concerne les 700 grands groupes et PME qui ont des liens avec la Russie et les 160 autres qui en ont avec l'Ukraine. De son côté, Bercy prévient que les aides seront temporaires. Le temps pour ces entreprises de trouver d'autres débouchés. Et puis, il a ces secteurs très consommateurs de gaz, comme les usines d'aluminium qui voient leur facture d'énergie exploser. Là aussi, le gouvernement pourrait faire un geste.

T F1 | Reportage T. Jarrion, A. Hanout, O. Stammbach.


La rédaction TF1 Info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info