La réforme des retraites présentée, oppositions et syndicats vent debout

"Je n’ai pas pigé cette réforme" des retraites, avoue Michel-Edouard Leclerc sur LCI

Publié le 8 janvier 2023 à 13h37
JT Perso

Source : TF1 Info

Le patron du groupe Leclerc était l’invité de l’émission Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.
Il est revenu sur la réforme des retraites et ses deux points bloquants selon lui.

Le 10 janvier, la réforme des retraites, annoncée depuis 2019, va être présentée par la Première ministre Elisabeth Borne. Invité de l’émission du Grand Jury, Michel-Edouard Leclerc a livré son opinion sur le principal contenu, qu'il ne voit pas d'un bon œil. En toute transparence, le président des centres Leclerc a expliqué : "Je suis comme les Français, je n’ai pas pigé cette réforme. Ce qui importe, c’est moins la rationalité du dossier qu’un accord politique."

L’entrepreneur a notamment considéré que l’âge de départ à la retraite, qui doit être repoussé par le gouvernement, n’était "pas clair". "Il faut proposer aux Français un système qui soit lisible, compréhensible. Aujourd'hui, on a l'impression que ce sont des batailles politiciennes."

3000 recrutements l'an dernier

Selon Michel-Edouard Leclerc, le contenu dévoilé du projet de loi comporte déjà deux points bloquants, à l'image des positions adoptées par les syndicats : la prise en compte de la pénibilité dans l'âge de départ à la retraite, mais aussi le cas des seniors, dont l’accès à l’emploi est plus difficile passé un certain âge. "Comment faire alors qu’aujourd’hui, on ne recrute pas beaucoup de seniors ?", s’est interrogé le dirigeant d’entreprises, trouvant ici plusieurs explications à ce problème existant sur le marché du travail. "Leur salaire d’entrée est plus cher qu’un jeune, il faut investir de la formation sur une personne plus âgée pour la mettre au parfum du digital." Michel-Edouard Leclerc a également indiqué avoir recruté 3000 personnes en 2022, et en moyenne sur ces dernières années,"2000 à 3000" nouveaux salariés par an.

Aujourd’hui en France, quasiment un Français sur deux se trouve en situation d’inactivité au moment de prendre sa retraite et un sur dix touche des droits au chômage. Un argument d’ailleurs repris par de nombreux responsables politiques opposés à la réforme, sur lequel nous nous sommes penchés ici.

Lire aussi

Dans un entretien donné au Parisien, le ministre du Travail a estimé le 5 janvier que le texte prochainement présenté répondait justement aux inquiétudes des syndicats sur la pénibilité et le cas des seniors. Olivier Dussopt a évoqué "la prise en compte des risques ergonomiques (charges à soulever, vibrations mécaniques, etc.)" ainsi que la mise en place d'un "index, un peu sur le modèle de l'égalité femme-homme", afin que "les entreprises fassent la transparence sur la place des seniors dans leurs effectifs".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info