Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

La mise au point de François Lenglet sur un éventuel reconfinement en France

Publié le 24 janvier 2021 à 20h03, mis à jour le 25 janvier 2021 à 0h35
JT Perso

Source : JT 20h WE

Le ministre du Budget lui-même a souligné que le principe du "Quoi qu'il en coûte" aurait bientôt des limites. La France peut-elle se permettre ce troisième confinement ?

Le ministre du Budget lui-même a souligné que le principe du "Quoi qu'il en coûte" aurait bientôt des limites. La France peut-elle se permettre ce troisième confinement ?

Selon François Lenglet, la France ne peut pas se permettre un troisième confinement, car "on n'en a pas les moyens si on s'en tient à l'examen strict de l'état de nos finances publiques, aujourd'hui profondément dégradées". Il affirme que "la crise sanitaire a déjà coûté au moins 150 milliards d'euros en 2020 auxquels s'ajoutent 130 milliards de prêts garantis par l'État".

Le spécialiste économie de TF1 précise par la suite que l'Etat "n'en a pas les moyens mais va les trouver, avec de la dette supplémentaire grâce aux prêts de la banque centrale européenne. Parce que l'épidémie repart, parce que tous les pays font pareil, parce que c'est l'habitude dans notre pays que de dépenser encore plus et parce que nous serons bientôt en campagne électorale". À lui de rajouter qu'il est impensable qu'un président candidat peut provoquer une crise sociale à la veille de l'élection en débranchant les aides. François Lenglet conclue que "le Quoi qu'il en coûte va donc durer au moins jusqu'en 2022 et creuser la dette". "Alors, qui va payer la dette ?" a-t-il soulevé.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info