Changement climatique : en 2022, abeilles et production de miel en souffrance

TF1 | Reportage Médéric Pirckher, Robin Cann, Pierre-François Watras
Publié le 12 octobre 2022 à 13h20, mis à jour le 12 octobre 2022 à 15h58

Source : JT 13h Semaine

Le bilan de la récolte de miel 2022 est de 13.000 tonnes.
Selon les apiculteurs, il s'agit d'un chiffre supérieur à l’an dernier, mais il n'en reste pas moins insatisfaisant.
Le changement climatique est le facteur principal de cette chute.

Des ruches pleines de miel, les abeilles de Patrice s'épanouissent dans le nord du Finistère. Elles butinent les nombreuses fleurs en bord de mer. "Ce miel, on l’obtient grâce au nectar des fleurs", explique-t-il dans le sujet en tête de cet article. Il ne prélève que l’excédent de miel de ses ruches. Sa récolte vient de s’achever. D’autres apiculteurs de l’Hexagone n’ont pas eu cette chance. 

La récolte de miel 2022 oscillera entre 12.000 et 14.000 tonnes, en deçà des espérances des apiculteurs, les fleurs et abeilles ayant souffert du manque d'eau et des fortes chaleurs de l'été, a déploré l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf). L'épisode de sécheresse historique a asséché lavandes, sapins et châtaigniers : "Jamais les récoltes n'ont été aussi hétéroclites", avec des zones de production "plus que médiocres" et d'autres où les apiculteurs "ont réussi de belles miellées", souligne l'organisation dans un communiqué. Elle espérait remonter la pente après une année 2021 désastreuse, "la pire de l'apiculture française", quand la récolte était tombée entre 7000 et 9000 tonnes de miel.

Les abeilles peinent à transformer le nectar en miel

Le changement climatique, dont les effets sont "ressenti(s) par les apiculteurs depuis une bonne quinzaine d'années", entraîne des floraisons de plus en plus précoces, qui s'achèvent en juillet alors qu'elles s'étalaient auparavant sur tout l'été.  Leur qualité conditionne la saveur et la quantité de miel produit et impacte aussi la santé des abeilles. Au-delà d'une certaine température, les fleurs n'arrivent plus à produire le nectar, dont se nourrissent ces insectes butineurs. 

Ainsi, c'est une autre conséquence de la sécheresse : les abeilles n'ont pas pu transformer suffisamment de nectar en miel et constituer ainsi des réserves dans lesquelles puiser l'hiver. De quoi fragiliser leur capacité à passer cette rude saison dans de bonnes conditions.


TF1 | Reportage Médéric Pirckher, Robin Cann, Pierre-François Watras

Tout
TF1 Info