Cela n'a échappé à personne : l'inflation est élevée en France, notamment dans le secteur de l'alimentaire.
Mais elle touche encore plus durement l'un de nos voisins, le Royaume-Uni.
Comment l'expliquer ? La mise au point de François Lenglet.

Pour la première fois depuis longtemps, l’avantage est à la France. L’inflation est chez nous moins forte, 6% contre 9% outre-Manche. La croissance est un peu meilleure, 0,6% en 2023, contre -0,4. Ces deux chiffres symboliques en témoignent, la bourse de Paris est désormais plus importante que la prestigieuse City de Londres. Et la France est devenue la première destination européenne pour les investissements étrangers devant le Royaume-Uni.

C’est bien sûr le Brexit qui explique en partie les difficultés britanniques. Il a isolé le pays. Les échanges avec l’Europe ont reculé de 15%. Mais le déclin du Royaume-Uni est en réalité antérieur. Voilà quinze ans que les revenus des Britanniques n’ont pas progressé. N’enterrons pourtant pas trop vite les Anglais. La dernière éclipse britannique, dans les années 70, avait été suivie d’une spectaculaire renaissance avec Margaret Thatcher.

Quant à la victoire française, elle doit beaucoup à l’endettement de l’État. Merci l’euro, dont la protection nous a permis d’échapper à la crise financière qui a frappé Londres cet automne. Au total, France et Royaume-Uni sont assez similaires, deux pays nostalgiques de leurs empires disparus, qui s’admirent et s’agacent mutuellement depuis 1000 ans et sans doute pour encore bien longtemps.


La rédaction de TF1info | Chronique : François Lenglet

Tout
TF1 Info