Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Les bars et restaurants toujours en manque de bras

Publié le 5 juillet 2021 à 20h05, mis à jour le 5 juillet 2021 à 23h06
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L'essentiel

Après des mois de fermeture, les restaurants devraient afficher complet. Pourtant, certains ont réduit le nombre de couverts. D'autres sont contraints de fermer plusieurs jours par semaine, faute de main d'œuvre qualifiée. Illustration à Vannes.

Malgré la pluie, les terrasses du port de Vannes connaissent un beau succès. Pourtant, en cuisine ou en salle, les restaurateurs manquent de bras. Aline vient de trouver, il y a seulement deux jours, sa dernière serveuse. "On a mis des annonces sur Pôle Emploi, Indeed et sur des groupes Facebook. Quand on publie des annonces, il y a 15, 20, 30 derrière sur la même journée et encore, c'est un minimum", confie-t-elle.

Cette responsable cherche encore un cuisinier qualifié pour l'été. "Des étudiants, on en a beaucoup qui sont présentés et ça ne fait pas forcément l'affaire même s'ils sont très motivés. On a besoin de gens quand même qualifiés en cuisine", poursuit-elle.

Seule concession possible : les salaires. Le bar "Awen Brew Pub" cherche encore deux personnes, dont un barman. Le salaire moyen d'un employé qualifié est de 1 600 euros net pour 39 heures. "C'est un peu le mercato comme au football. Il y a des propositions de salaires un peu plus élevées aussi. Les gens ont besoin d'argent forcément avec la crise sanitaire qu'il y a eu".

Faute de personnel, Nicolas, gérant du restaurant "L'Amarré, est à l'arrêt. "La salle de restauration est fermée puisqu'on n'a pas de personnel. Il me reste un serveur, une apprentie et moi. Ce qui est trop juste pour pouvoir faire tourner un établissement de cette taille-là", dit-il. Avec la crise sanitaire, quatre personnes ont quitté le restaurant, soit pour changer de métier ou d'établissement. Les jeunes désertent aussi la profession.

"Même pour les apprentis, chaque année d'habitude, on reçoit une dizaine de CV. Cette année, on n'en a reçu aucun". Ce début de saison est difficile pour les restaurateurs de Vannes, qui espèrent bien pouvoir travailler cet été.