Les grèves contre la réforme des retraites ont coûté 500 millions d'euros à la SNCF

par M.B avec AFP
Publié le 27 juillet 2023 à 19h00

Source : JT 20h WE

Le bénéfice net de la SNCF s'élève à 158 millions d'euros au premier semestre 2023.
Les grèves contre la réforme des retraites ont amputé ce résultat d'environ 400 millions d'euros.
Au total, les grèves ont coûté 500 millions à l'entreprise, affirme la direction.

Sans le mouvement social contre la réforme des retraites, le résultat net du groupe SNCF aurait été plus flatteur. Celui-ci s'élève à 158 millions d'euros au premier semestre selon la direction, en net recul par rapport à l'an dernier sur la même période (928 millions d'euros). 

Selon la SNCF, les 14 journées de grève interprofessionnelle, ainsi que la grève reconductible lancée le 7 mars par tous les syndicats du groupe, ont amputé ce résultat net semestriel d'environ 400 millions d'euros. Au total, les grèves ont coûté 500 millions à l'entreprise, affirme la direction.

Malgré cela, la SNCF a enregistré au premier semestre un chiffre d'affaires de 20,7 milliards d'euros, en hausse de 2,2% par rapport au même semestre de l'an dernier, a annoncé jeudi le groupe ferroviaire. Après une année 2022 historique, où elle a réalisé un chiffre d'affaires record, la SNCF a poursuivi sur sa lancée au premier semestre 2023, grâce en particulier à l'engouement inédit des Français pour le train.

Engouement pour le TGV

"Les Français plébiscitent le train et c'est une bonne nouvelle", a salué le président du groupe ferroviaire, Jean-Pierre Farandou, cité dans le communiqué de résultat de la société publique. La compagnie SNCF Voyageurs - chargée de faire rouler les trains - a vu son chiffre d'affaires augmenter de 11,3% à 9,3 milliards d'euros. Le succès des voyages longue distance a profité au TGV, traditionnelle locomotive de la société, malgré "une inflation significative, en particulier sur l'énergie électrique".

Le chiffre d'affaires de l'activité TGV a bondi de 21% au premier semestre sur un an, alors que début 2022, le Covid sévissait encore. La fréquentation des TGV et des Intercités a dans le même temps affiché une hausse de 10%.

La SNCF, qui se réjouit d'un trafic ferroviaire à "des niveaux historiques", indique que l'augmentation de son chiffre d'affaires résulte d'un meilleur taux de remplissage de ses trains, pleins à 80% pour le TGV, soit 4 à 5 points de plus qu'auparavant, et non de l'augmentation de ses tarifs. Ceux-ci, selon elle, se sont appréciés de 5% quand ses charges ont augmenté de 13%.


M.B avec AFP

Tout
TF1 Info