Inflation : les prix s'envolent

Métaux, bois, outils... les vols explosent dans les entreprises : "Depuis l'augmentation des prix, on est vandalisés"

Léa Tintillier | Reportage TF1 Patrick Ninine
Publié le 19 avril 2022 à 13h07, mis à jour le 21 avril 2022 à 15h37
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La flambée des cours de l'énergie, des métaux et des matières premières attise la convoitise des voleurs.
De plus en plus d'entreprises, de chantiers, et même de brasseries sont victimes de cambriolages.
Les préjudices peuvent parfois atteindre plusieurs milliers d’euros.

Les vols en tout genre dans les entreprises explosent. À Château-Renard (Bouches-du-Rhône), Alex Lesage et Céline Miniscalco, tous deux co-gérants de Mi Logistics, une société de transports, ont posé des barbelés sur les grillages qui entourent l’entreprise, car c’est par là que se sont introduits des voleurs pour siphonner les réservoirs de deux de leurs camions. Ils ont ainsi perdu 900 litres de gasoil en une nuit, soit environ 1500 euros. "Ça fait mal. Ça fait mal parce qu’on travaille pour alimenter les camions et les gens à côté vous le prennent gratuitement", se désole Alex. 

Pour Céline, il n’y a aucun doute. C’est la hausse des prix des carburants qui fait des entreprises comme la sienne des cibles privilégiées. "Dès qu’il y a eu l’augmentation des prix, on a été vandalisés. C’est dur, surtout pour une petite structure comme nous. On est une société familiale", déplore-t-elle dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Mais il n’y a pas que les carburants qui attirent les voleurs. Il y a aussi les métaux, comme le cuivre, l’aluminium ou encore ceux contenus dans les catalyseurs de pots d'échappement, qui sont particulièrement visés. À Paris, Telmo Gonçalves, un artisan plaquiste, s’est vu voler l’ensemble de son matériel dans son véhicule alors qu’il se trouvait chez un client. "En l’espace de quinze minutes, on m’a dérobé au moins 10.000 euros de matériaux. Il y a forcément des réseaux qui nous tracent, qui nous suivent", affirme-t-il. 

Des réseaux organisés

Ces matériaux sont très convoités, mais pas seulement. À Moulins-lès-Metz (Moselle), par exemple, Olivier Méa, patron de la brasserie "Green Dogs’ Beer", n’a pas eu le temps d’ouvrir son établissement. Car tous ses équipements ont été volés en pleine nuit. "Deux frigos de trois portes coulissantes, le lave-vaisselle, les tireuses", énumère-t-il. 

Lire aussi

En tout, le préjudice s’élève à 12.000 euros. Et tout ne sera pas pris en charge par l’assurance. "On pense réellement que c’était des professionnels, qu’ils étaient organisés puisqu’ils ont su venir par derrière, ils avaient les codes du portail", explique-t-il. Dans la majorité des cas, il s’agit en effet de réseaux organisés. Les butins sont la plupart du temps revendus dans les pays d’Europe de l’Est. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Patrick Ninine

Tout
TF1 Info