Une remise de 15 centimes par litre de carburant s'appliquera jusqu'à fin juillet et coûtera à l'État plus de 2 milliards d'euros.
Cette somme correspond aux recettes fiscales supplémentaires perçues avec la hausse des prix à la pompe.

Quinze centimes pour contrer la flambée des prix des carburants. Il dépasse les 2 euros dans la plupart des stations-service. Alors que vaut ce coup de pouce ? Pour les particuliers comme les professionnels, cela représente une économie de 9 euros sur un plein de 60 litres. Cette ristourne s'appliquera jusqu'à fin juillet et coûtera de 2 milliards d'euros pour les finances publiques. Une opération blanche pour le gouvernement puisque cette somme correspond aux recettes fiscales supplémentaires perçues avec la hausse des prix à la pompe.

Mais si le prix du baril continue de s'envoler, l'effet de la mesure sur votre porte-monnaie sera très limité. "On s'attend à des hausses beaucoup plus importantes dans les mois à venir. Donc 15 centimes d'euros, il est quasiment clair que ça ne permettra pas de compenser la hausse des prix", estime Aurélie Trouvé, économiste spécialiste de la fiscalité.

Aujourd'hui, sur un litre de sans-plomb vendu en moyenne, 1,89 euro/litre, l'Etat perçoit 1,01 euro. L'an dernier, à la même période, l'essence coûtait 1,49 euro/ litre, dont 94 centimes de taxes. Résultat, les recettes fiscales ont augmenté de 7 centimes par litre en un an. Le gouvernement a opté pour une remise plutôt qu'une baisse de la fiscalité qui nécessite un vote au Parlement. Trop longue pour que la mesure soit efficace. Mais ce n'est pas la seule raison.

La mesure ne s'appliquera qu'à partir du 1er avril parce qu'il faut plusieurs semaines pour que les 11 000 stations en France puissent mettre en place le dispositif. En attendant, les prix continuent de fluctuer avec, dès ce lundi, une baisse de 8 à 10 centimes pour le sans-plomb et jusqu'à 35 centimes pour le gasoil.

TF1 | Reportage J.Roux, L. Kebdani, L.Romanens


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info