Le 13H

VIDÉO - Assurance-chômage : les règles auxquelles sont désormais soumis les demandeurs d'emploi

LT avec AFP | Alexia Mayer
Publié le 1 décembre 2021 à 15h07
VIDÉO - Assurance-chômage : les règles auxquelles sont désormais soumis les demandeurs d'emploi

Source : AFP

RÉFORME - Pour bénéficier d'une allocation chômage, la durée minimale de travail passe de quatre à six mois sur les derniers 24 mois. On fait le point sur les principales mesures entrées en vigueur ce mercredi 1er décembre.

Contestée et reportée, la réforme controversée de l’assurance-chômage entre en vigueur ce mercredi 1er décembre. Nouveau calcul de l’indemnisation, conditions d’ouverture des droits, dégressivité pour les cadres : voici les principales mesures, expliquées par Alexia Mayer sur le plateau du 13H de TF1 dans la vidéo en tête de cet article. 

"Jusqu’à présent, il fallait travailler quatre mois sur les derniers 24 mois pour bénéficier du chômage", indique notre journaliste. "À partir d’aujourd’hui, ça passe à six mois", poursuit-elle. Pour les plus de 53 ans, il faudra aussi avoir travaillé six mois, mais sur les derniers 36 mois. 

Cette mesure de durcissement était soumise à une clause de "retour à meilleure fortune". C’est-à-dire qu’il fallait à la fois une baisse du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (personnes sans emploi, tenues d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi quel que soit le type de contrat, ndlr) de 130.000 sur six mois et 2,7 millions d’embauches de plus d’un mois en cumul sur quatre mois. Un arrêté du 18 novembre a acté la réalisation de ces deux objectifs. 

Dégressivité pour les cadres

Conformément à la même clause de "retour à meilleure fortune", la dégressivité des allocations est durcie pour les salariés de moins de 57 ans qui avaient un revenu de travail supérieur à 4500 euros brut par mois – soit environ 3500 euros net. "Une fois au chômage, leurs allocations vont être dégressives un peu plus tôt. Ça veut dire qu’après sept mois de chômage, elles vont baisser de 30% alors qu’avant, ça n’arrivait qu’au bout du neuvième mois", poursuit Alexia Mayer.  

Nouveau calcul de l’allocation chômage

Entrée en vigueur le 1er octobre après plusieurs reports, la modification du calcul du salaire journalier de référence (SJR, base de l’allocation) est la mesure phare de la réforme et la plus contestée par les syndicats. "Si vous étiez déjà chômeur, vous n’êtes pas concernés par ce nouveau mode de calcul, moins généreux, on peut le dire. Seules les personnes qui se retrouvent au chômage à partir d’aujourd’hui sont concernées. Selon les estimations de l’Unédic, cela serait un manque à gagner pour 475.000 demandeurs d’emploi dans l’année à venir", conclut Alexia Mayer. 

Lire aussi

Ce mode de calcul va surtout pénaliser les demandeurs d’emploi alternant chômage et activité, "les permittents". L’exécutif défend notamment une volonté "d’encourager le travail" car les règles précédentes pouvaient rendre parfois plus rémunératrice cette "permittence" qu’une activité continue à mi-temps par exemple.


LT avec AFP | Alexia Mayer

Tout
TF1 Info