"Flambée des prix" ou baisse de l'inflation : à quoi s'attendre dans les prochains mois ?

par M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Fabien Chadeau
Publié le 21 février 2023 à 13h49

Source : JT 20h Semaine

Les courses vont continuer de nous coûter plus cher dans les prochains mois.
La grande distribution, qui négocie en ce moment ses prix avec les fournisseurs, met en garde contre une flambée en mars.
Selon le ministre de l'Économie, la hausse devrait toutefois se tasser à partir de la "mi-2023".

En épluchant leurs factures de gaz ou d’électricité, à la caisse des supermarchés, des grands magasins ou à la pompe à essence, les ménages français subissent de plein fouet l’inflation, qui pèse de plus en plus lourd dans leur budget. Fin janvier, elle atteignait 11,4 % sur les produits de grande consommation. Et la tendance devrait malheureusement encore se poursuivre dans les mois à venir, pour atteindre probablement "un pic à 15 % en juin", selon les prévisions de l’association 60 Millions de consommateurs.

Dans ce contexte, les négociations commerciales actuellement en cours entre fournisseurs et distributeurs font craindre un mars "rouge" avec une nouvelle flambée des prix, et pas uniquement dans l'alimentaire. Dans l’électroménager, "pour le neuf, ça a augmenté de 15% au maximum" sur un an, constate Marc Bessis, gérant du magasin Sylber à Versailles (Yvelines), dans la vidéo en tête de cet article. "Si ça perdure, on sera obligé de faire une petite augmentation de 10%", prévient-il. 

Dans les stations-service de l'Hexagone, où le prix des carburants flirte déjà à deux euros le litre à la pompe, c’est surtout le gazole qui devrait continuer d’augmenter, à cause de l’embargo sur le pétrole russe notamment. Artisans et entreprises du BTP sont également contraints d’augmenter leurs prix. La facture pourrait ainsi grimper de 5 à 10%, d’après certains professionnels du secteur.

Les salaires vont être plus dynamiques en 2023 qu’en 2022. En moyenne, on devrait être entre 4% et 5%
François Lenglet, le spécialiste économie de TF1

Pour autant, certains indicateurs laissent penser que la situation va vers une amélioration. Le prix du transport maritime par conteneurs est dix fois moins cher qu'il y a un an. De quoi baisser le prix de certains des produits importés. Le coût de l'énergie baisse lui aussi. Peut-être pas (encore) sur vos factures, mais sur les marchés de gros, et cela devrait durer. En un mois, on a constaté -35% sur l'électricité et -25% sur le gaz. "L’autre point positif, c’est que les salaires vont être plus dynamiques en 2023 qu’en 2022. En moyenne, on devrait être entre 4% et 5%", avance François Lenglet, spécialiste économie de TF1. 

Après deux ans de hausse généralisée, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, se veut optimiste. À l'entendre, l’inflation va refluer à partir de juin 2023. Pour Florence Jany-Catrice, professeur d’économie à l’Université de Lille, les prix resteront, malgré tout, à un niveau élevé. "Ce qu’il veut dire, c’est qu’on ne sera plus dans le pic de l’inflation, ou le pic sera passé. Mais de toute évidence, il y aura encore une inflation relativement élevée pour les ménages", à l’entendre. En clair, la hausse des prix devrait être, au mieux, moins rapide qu’à l’heure actuelle.  


M.D. | Reportage TF1 Thomas Jarrion, Fabien Chadeau

Tout
TF1 Info