Inflation : les prix s'envolent

Pouvoir d'achat : sur LCI, Michel-Edouard Leclerc parie sur une inflation de "6 à 7 %" à l'été

L. Co.
Publié le 12 mai 2022 à 11h14

Source : TF1 Info

La facture des ménages va devenir encore plus salée dans les prochains mois.
En cause : l'inflation, évaluée à 4,8 % en avril, et qui ne cesse d'augmenter.
Invité ce jeudi 12 mai sur LCI, Michel-Edouard Leclerc, président des centres E. Leclerc, fait un parallèle avec l'inflation galopante des années 70.

Elle monte, elle monte l'inflation. Mais jusqu'où ? Après avoir atteint 4,8 % en avril dernier, elle devrait encore accélérer pour dépasser les 5,4 % dès le mois de juin, selon les prédictions de l'Insee. Pour le gouverneur de la Banque de France, l'augmentation perdurera jusqu'au début de l'année prochaine, avant de redescendre à 2 % en 2024.

Invité ce jeudi 12 avril, sur LCI, Michel-Edouard Leclerc balaye l'idée d'une inflation en continuelle augmentation jusqu'en 2023. Si tel était le cas, "cela supposerait qu'il y ait des mesures du gouvernement. Après deux ans de Covid-19, il est évident que les petites retraites et les petits salaires ne vont pas supporter de serrer davantage la ceinture", appuie-t-il face à Elizabeth Martichoux, sous-entendant des manifestations de mécontentements de la part des Français.

Déjà l'impact de la guerre de l'Ukraine ?

Le président des centres E.Leclerc admet toutefois que l'inflation en France n'a pas encore touché son plateau. Ailleurs, "les pays européens sont déjà entre 7 et 9 % d'inflation. Aux États-Unis, elle a même dépassé les 10 %", continue Michel-Edouard Leclerc, assurant qu'un tel niveau ne devrait pas être atteint en France. "Ce sera plutôt entre 6 et 7 %" à l'été. Et pour cause, "aujourd'hui, nous sommes protégés par le bouclier énergétique du gouvernement" qui devrait être prorogé, poursuit-il.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Alors à qui la faute ? "Si les prix de l'alimentaire augmentent, ce n'est pas encore la faute à l'Ukraine", assure-t-il. Selon le président des centres E. Leclerc, les répercussions du conflit devraient se faire sentir "à partir de l'été ou à l'automne." En ce moment, "on subit une inflation voulue pour aider les agriculteurs et les industriels", fait-il savoir, faisant référence aux lois EGalim 1 et 2. "Mais il y a aussi, la crise de l’énergie, le prix des conteneurs, des transports avec l'après-Covid. Tout cela s’additionne" et arriverait à une inflation telle en ce moment, appuie-t-il.

"Nous allons dans tous les cas vers une société d'inflation", prévient Michel-Edouard Leclerc, évoquant la situation dans les années 70, où l'inflation a fait un bond au-dessus des 13 % en raison des crises pétrolières. Heureusement, "on a des compétences pour lutter contre cette inflation", poursuit-il, appelant par ailleurs à la création "d'un ministre de la consommation, de la qualité de la vie" pour le prochain quinquennat.


L. Co.