Investir dans l'immobilier

Retour en force du prêt à taux variable : faut-il opter pour cette forme de crédit ?

TF1 | Reportage Fabien Chadeau, Louise Schöneshöfer
Publié le 4 août 2022 à 12h24
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

L’obtention d’un prêt immobilier est de plus en plus difficile.
Sauf si vous optez pour un taux variable.
Une formule qui revient en force, mais comment expliquer ce phénomène et faut-il se laisser tenter ?

En pleine flambée des prix de l'immobilier, difficile pour certains d'acquérir un bien. Les taux d'intérêt aussi sont en augmentation. C'est dans ce contexte que le prêt à taux variable fait un retour en force. Thomas Lespinasse est électricien. Avec sa femme, ils veulent acheter une maison à Niort, dans l’Ouest du pays. Mais pour l’instant, aucun organisme n’a accepté leur dossier. Il contacte son courtier. Un taux variable : la seule solution pour décrocher son prêt. Jusqu’à présent, les banques lui refusaient un taux fixe. Thomas se dit "content" d'accueillir cette proposition : "On va donc emprunter 120.000 euros, parce qu'il faut ajouter les frais de notaire et les frais d'agence."

Lire aussi

La première année, son taux est de 1,8%, soit une mensualité de 502 euros. Si la conjoncture se détériore, son taux peut monter la deuxième année, mais jusqu’à 2,8% maximum, soit 560 euros. À l’inverse, si la conjoncture s’améliore, le taux ne descendra pas en dessous de 0,8%, soit 449 euros par mois.

L'emprunt à taux variable est-il dangereux ?

Pourquoi des dossiers comme celui de Thomas Lespinasse se débloquent-ils lorsque l’on bascule sur un crédit à taux variable ? "Parce que les taux variables sont plus petits que les taux fixes et donc ça donne plus de marge de manœuvre, répond Laurent Vincelent de l'agence CAFPI, située à Niort (Deux-Sèvres). Au moment de la signature, Thomas aura donc un taux d’endettement plus bas. Son profil sera plus acceptable pour les banques. Alors, ces crédits sont-ils dangereux ? " Ce n'est pas un produit dangereux en tant que tel, mais s'il n'y a pas de conditions sur les plafonds et planchers de taux, il faut être extrêmement vigilant", prévient Philippe Crével, économiste et directeur général du Cercle de l'Épargne. S’ils sont encore très peu nombreux, les crédits à taux variable pourraient connaître un véritable essor d’ici à la fin de l’année 2022.


TF1 | Reportage Fabien Chadeau, Louise Schöneshöfer

Tout
TF1 Info