Le WE

Puces électroniques : comment l’Occident est devenu dépendant

Publié le 12 mars 2021 à 20h16, mis à jour le 12 mars 2021 à 22h42
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les constructeurs automobiles sont parfois obligés de suspendre certaines chaînes de montage. Les fabricants de téléphones et d'ordinateurs accusent des retards de production. En cause, une pénurie des semi-conducteurs produits par la Chine et l’Asie.

Dans ce labyrinthe de puces électroniques, il est impossible de l’apercevoir. Et pour cause, nous cherchons encore plus petit qu’un grain de sable, le semi-conducteur, un composant indispensable pour beaucoup d’industries, comme celle de l’automobile. Et dans cette puce, tout s'arrête. Des États-Unis à la Hongrie, une trentaine d’usines en ont fait les frais faute de stocks. C'est aussi le cas dans l’Hexagone, celle de Renault à Sandouville est obligée de stopper sa chaîne de production, mettant 1 800 salariés au chômage partiel. “On est dans l’attente. On va travailler au jour le jour, parce qu’on dépend d’approvisionnements de pièces en Asie. Et ça, ce n’est pas acceptable”, déplore Fabien Gloaguen, délégué syndical FO-Renault.

Comment est-ce possible ? C’est simple. Toute l’électronique d’une voiture est alimentée grâce à cette puce, des essuie-glaces jusqu’aux fenêtres en passant par les radars de recul. Le problème est qu’il n’y en a pas assez pour tout le monde. S’il fait rouler nos voitures, le semi-conducteur permet aussi de faire fonctionner nos ordinateurs, téléphones, consoles, télévisions ou radios. Bref, les producteurs de puce ont l’embarras du choix et fournissent au plus offrant. “Le semi-conducteur, c’est le nouvel or de l’industrie. Les producteurs de semi-conducteur privilégient les marges les plus importantes. Et globalement, les constructeurs viennent après avec des volumes moindres et des prix très discutés", précise Eric Champarnaud, expert en automobile, cofondateurs “C-ways”. Découvrez la suite de ce reportage dans la vidéo ci-dessus.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info