Le projet de réforme des retraites arrive à l'Assemblée ce lundi.
Pour l’opposition de gauche, la solution pour les financer serait de taxer les superprofits.
Les explications de notre spécialiste économie François Lenglet.

Les profits record de 2022 vont être publiés en rafale cette semaine. TotalEnergies en particulier approcherait les 25 milliards d’euros. Au total, les bénéfices des 40 entreprises du CAC40 pourraient atteindre 170 milliards d’euros, presque la moitié du budget de l’État. Bien sûr, la santé éclatante de nos champions est une bonne nouvelle pour le pays, dont l’État lui-même bénéficie : les recettes de l’impôt sur les sociétés n’ont jamais été aussi élevées.

Réforme jugée injuste

Mais cette pluie de milliards tombe mal, alors que le gouvernement peine à convaincre sur une réforme de retraite jugée injuste. Elle renforce le sentiment d’une déconnexion entre de grandes entreprises en pleine forme, et des ménages à qui on demande de travailler plus, alors qu’ils subissent déjà l’inflation.

Ce tas d’or rend d’autant plus inexplicable le silence des entreprises sur cette réforme des retraites. Celles-ci se bornent à refuser tous nouveaux prélèvements et toutes contraintes supplémentaires. C’est un peu court alors qu’elles devraient s’engager à aménager les fins de carrière pour les seniors. Ou à réduire la pénibilité au travail, si elles voulaient faire œuvre utile, leur mot d’ordre devraient être "plus près de toi senior".


La rédaction de TF1info | TF1 : François Lenglet

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info