Le prix du carburant connaît une baisse sensible pour la 7ᵉ semaine consécutive.
En moyenne, le sans-plomb 95, à 1,84 euro le litre, est au plus bas depuis le mois de mars et le gasoil 1,70 euro le litre.
Comment expliquer cette baisse et va-t-elle se poursuivre jusqu'aux vacances d'été ?

Dans cette station de Seine-et-Marne, le litre de sans-plomb 95 est affiché à 1,80 euro, 1,69 euro pour le diesel. Les automobilistes que les équipes de TF1 croisent ne l'ont pas choisie par hasard, il n'y a pas moins cher aux alentours. "Il y a une baisse de cinq à six centimes, ça reste mieux que le prix habituel", estime un client. Autre station, à seulement 5 km, le prix du carburant a aussi perdu plusieurs centimes ces dernières semaines, à 1,71 euro pour le diesel. "C'est génial, mais pas encore assez", confie une automobiliste qui espère une nouvelle baisse. 

Attention, en raison des distributeurs qui ont subi une forte augmentation des prix après la crise ukrainienne, ils pourraient reconstituer leurs marges.
Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste (BDO France)

Après plusieurs semaines d'augmentation, les prix sont à la baisse depuis le 12 avril. Le sans-plomb 95 se vend aujourd'hui à 1,84 euro en moyenne, 1,70 euro pour le diesel, niveau le plus bas pour ce carburant depuis dix mois. Pourquoi ? D'abord, parce que le carburant continue d'être bien acheminé, malgré le conflit au Proche-Orient. Le ralentissement de la croissance mondiale génère aussi un impact. Moins d'activités économiques, moins de demandes, cela fait baisser en effet le prix du baril de pétrole.

En quelques semaines, le baril est passé de 92 à 81 dollars aujourd'hui et devrait continuer de décliner ces prochains mois. Mais cela ne veut pas dire pour autant que les prix à la pompe vont, eux aussi, poursuivre leur baisse. 

"Attention, en raison des distributeurs qui ont subi une forte augmentation des prix après la crise ukrainienne, ils pourraient reconstituer leurs marges cette année et l'année prochaine. Donc baisse des prix, mais pas forcément proportionnelle par rapport à ce qu'on l'on peut voir sur le marché international", analyse Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste (BDO France). Comme tous les ans, attendez-vous à un léger rebond des prix à la fin du mois de juin, en raison de la hausse de la demande à cette période.


La rédaction de TF1 | Reportage Tiphaine Leproux, Florence Couturon, Simon Humblot

Tout
TF1 Info