La filière photovoltaïque française est à la peine face aux panneaux solaires "made in China", qui bénéficient de subventions massives.
Au point qu'il ne reste aujourd'hui qu'une seule usine en France.
Mais la filière a des motifs d'espoir, comme vous l'explique le 20H de TF1.

Vous pouvez chercher sur tous les toits, vous ne trouverez presque aucun panneau solaire fabriqué en France : 90% du marché est dominé par la Chine. Résultat, la PME française Systovi, installée à Carquefou (Loire-Atlantique), que nous avions filmée en mars dernier, a dû déposer le bilan il y a trois semaines. Ses 87 salariés n'étaient pas assez compétitifs face aux Chinois.

Désormais, seule une entreprise survit en France : Voltec Solar, à Dinsheim-sur-Bruche, dans le Bas-Rhin. En quinze ans d'existence, son directeur a vu disparaître toute la filière, il tient grâce à des clients profondément attachés au "Made in France". "Quand on a démarré l'activité, il y avait quatorze sociétés comme la nôtre. Pour moi, il y a eu un souhait européen de chercher le prix de l'électricité le plus bas, aux dépens de l'industrie", estime Lucas Weiss face à notre caméra.

Une nouvelle loi européenne protectionniste

En clair, favoriser les panneaux chinois moins chers. Une "erreur du passé" selon le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, que nous avons questionné sur le sujet : "C'est un échec économique, un échec politique, répond-il dans notre reportage à retrouver en tête de cet article. Nous avons du retard, nous voulons le rattraper, donc nous avons fait le choix d'investir dans cette filière : il y aura deux gigafactories qui ouvriront en France". 

L'une de ces futures giga-usines sera construite en Moselle. Le permis de construire vient d'être déposé, les travaux doivent commencer l'an prochain pour faire sortir de terre deux bâtiments de 500 mètres de long et de 15 mètres de haut. "Ce sera la plus grosse usine de panneaux et de cellules photovoltaïques non seulement française, mais européenne", fait valoir Jan Jacob Boom-Wichers, patron de l'entreprise qui porte le projet, Holosolis. À la clé, 1700 emplois. Le PDG y croit pour deux raisons. Une usine XXL doit permettre de réduire les coûts, et une nouvelle loi européenne protectionniste vient d'être votée : à partir de 2030, 40% des panneaux solaires installés en Europe devront y être fabriqués.

"Cela veut dire que les ombrières de supermarché, les parkings publics, les lycées de France, les bâtiments administratifs, les maisons résidentielles devront être couverts de panneaux photovoltaïques dont une partie viendra d'Europe", poursuit Jan Jacob Boom-Wichers. Le marché des panneaux photovoltaïques français est estimé à 20 milliards d'euros pour les 10 ans qui viennent.


La rédaction de TF1info | Reportage Pierre Gallaccio, Héloïse Lévêque, Vincent Abellaneda

Tout
TF1 Info