La livraison de nouveaux "sites clés en main France 2030" est l'une des mesures phares de la loi industrie verte, adoptée en octobre dernier.
Objectif : faciliter l'installation d'entreprises industrielles françaises ou étrangères candidates à la construction d'usine dans des délais accélérés.
Le gouvernement en a recensé 55 dont nous dévoilons la liste ce mardi.

Comment réindustrialiser la France, c'est-à-dire inciter les entreprises à s'installer dans le pays, tout en ne construisant pas de nouveaux bâtiments sur des zones naturelles ? C'est l'objectif du dispositif des "sites clés en main" relancé par l'exécutif cet automne et intégré à la loi industrie verte, adoptée par le Parlement en octobre dernier. "On va identifier 50 sites et ensuite très vite les habiliter ou les réhabiliter" de manière à ce qu'ils soient "clés en main", c'est-à-dire opérationnels "en matière environnementale, en termes de capacité de livraison, de services publics, transports, infrastructures, électricité, énergie", avait ainsi précisé en janvier le ministre de l'Industrie Roland Lescure à la presse. 

Plus en détail, "un site France 2030 est un site préparé pour l’accueil de nouvelles usines", indique le gouvernement dans un communiqué. "Sa labellisation implique de remplir des conditions de maturité, avec une feuille de route évaluée par les services de l’État : le site doit être prêt à l’emploi, avec un état des lieux le plus complet possible, et présenter le minimum de risques et un maximum de visibilité pour les porteurs de projets", poursuit ce dernier. Nous vous dévoilons ce mardi 16 avril la liste des 55 sites retenus. Ces derniers sont répartis sur 3342 hectares au total, pour des surfaces respectives allant de 3 à 350 hectares. À noter que parmi eux, 30 s’inscrivent dans une dynamique de recyclage foncier avec une partie ou la totalité du site en friche.

Les régions qui accueillent jusqu'à 3 sites

- La région Pays de la Loire accueille un de ces 55 sites, à savoir la plateforme logistique Est de la zone industrielle portuaire Montoir de Bretagne  - Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sur 40 hectares. La Réunion compte également un site qui se trouve être le premier "site clé en main" en Outre-Mer. Il s'agit de l'espace Économique Henri Cornu, situé à Saint-Paul (25 hectares), à proximité immédiate du Grand Port maritime.

- En Bourgogne-Franche-Comté ont été retenus deux sites, à savoir la friche industrielle à réhabiliter Nordéon (ancien

site Philips), située à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) sur 15 hectares et un site de 20 hectares situé dans le même département à Montceau-les-Mines. De même, la Bretagne accueille deux sites "clés en main", à savoir l'Espace du Cruguil sur le Pôle Pégase à Lannion (Côte-d’Armor) réparti sur 3 hectares et un site de 14 hectares situé sur le Parc industriel de Guerlesquin (Finistère).

Capture TF1
Capture TF1 - Capture TF1

- Trois sites ont été retenus en Centre-Val de Loire dont le Parc d’activités d’Ozans à Etrechet (Indre) qui compte 187 hectares de parcelles viabilisées, reliées aux réseaux et disponibles dès maintenant, suivi du site de 16 hectares de l'Aero Parc à Châteaudun (Eure-et-Loir) et de la friche Afpa (5 hectares) Blois (Loir-et-Cher).

Les régions qui accueillent jusqu'à 5 sites

- Quatre sites ont ensuite été retenus par le gouvernement en Nouvelle-Aquitaine, dont l'ancienne base logistique d’Alloinay (Deux-Sèvres) répartie sur 17 hectares, disponible et déjà clés en main en parfait état de fonctionnement. Suivent le site Ford Axtom (50 hectares) à Blanquefort (Gironde), le site de la SNPE (177 hectares) à Angoulême (Charente) et des sites Totalenergies (277 hectares) situés sur la plateforme de Mourenx – Noguères – Pardies – Bésingrand (Pyrénées-Atlantiques).

- Cinq sites ont été retenus en Auvergne-Rhône-Alpes dont une friche industrielle de 20 hectares située à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), suivie du site Mérieux Rovaltain (5 hectares) à Alixan (Drôme), de l'Espace industriel responsable et

multimodal Inspira à Salaise-sur-Sanne (Isère) réparti sur 340 hectares, du site Ondaine 2026 (5 hectares) à Unieux (Loire) et du site Montpertuis Palazol sur 125 hectares à Bellerive-sur-Allier (Allier).

- Cinq sites ont également été recensés dans le Grand Est, à savoir la Friche de la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-

Vosges (Vosges), un site industriel historique du 19ᵉ siècle réparti sur 50 hectares actuellement en cours de dépollution. Suivent le site de 55 hectares Elpa à Burnhaupt-Le-Haut (Haut-Rhin), la Zae Drusenheim-Herrlisheim Axioparc de 100 hectares à Drusenheim (Bas-Rhin), la Zac de Bioéconomie du Grand Reims sur 66 hectares à  Pomacle (Marne) et le site militaire de

Domgermain (Meurthe-et-Moselle) sur 47 hectares.

- Dans les Hauts-de-France, on recense cinq sites dont la zone d’activité La Salmagne à Vieux-Reng (Nord) répartie sur 83 hectares, suivie du Parc Premium des Soufflantes à Escaudain (38 hectares) dans le même département, tout comme le site Zia Phase 1 sur 55 hectares à Loon-Plage. Dans l'Oise, la Friche Jacob Delafon située sur 6 hectares à Noyon a été retenue ainsi que dans le Pas-de-Calais, la Zae Quai du Rivage sur 9 hectares à Noyelles-Godault.

Les régions qui accueillent jusqu'à 8 sites

Pour finir, l'Ile-de-France, la Normandie, l'Occitanie et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur recensent à elles quatre pas moins de 26 sites. 

- Parmi les six situés en région parisienne, figure ainsi le Site de Paris Villaroche à Réau (Seine-et-Marne) sur 177 hectares. Suivent à Évry-Courcouronnes (Essonne) le site Bois Sauvage (5 hectares), à Lieusaint (Seine-et-Marne) le site Cyrano (35 hectares), à Cergy (Val-d'Oise) le site Linandes Est - Aerocity (6 hectares) à Massy (Essonne) le site La Bonde (30 hectares) à Ris-Orangis (Essonne) le terrain Lu (17 hectares).

- Parmi les six situés en Occitanie figure la friche ex-Arcelor Mittal requalifiée en pôle industriel territorial située à Laudun-L’Ardoise (Gard) sur 48 hectares. Suivent à Ossun (Hautes-Pyrénées) le site Pyrénia sur 189 hectares, à Pamiers (Ariège) le site Gabriélat 2 sur 24 hectares, à Béziers (Hérault) le site Mazeran Genvia sur 111 hectares, à Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn) le site Les Portes du Tarn sur 198 hectares, à Decazeville (Aveyron) le site de SAM sur 6 hectares.

- En Normandie ont été recensés sept sites, à savoir celui de la Société Chimique d’Oissel (SCO) et Yara (Seine-Maritime) sur 41 hectares, en cours de dépollution par l’ancien exploitant. Suivent la friche Saint-Louis Sucre de 33 hectares à Cagny (Calvados), le site industriel Sud Grand Canal (54 hectares) à Gonfreville-L'Orcher (Seine-Maritime ), puis à Grand-Couronne (Seine-Maritime ) le site MTV (Ex-Cipha) de 75 hectares, à Oudalle (Seine-Maritime ), le site de Moulineaux (ex-site Renault CKD) de 60 hectares et le site industriel Est A29 de 16 hectares puis à Rogerville (Seine-Maritime ) le site industriel Ouest A29 de 50 hectares.

- La Provence-Alpes-Côte d’Azur est celle qui recense le plus de site "clés en main" retenus par le gouvernement à travers l'Hexagone. On y retrouve notamment le site Site multimodal (embranchement fer, accès au port) d’Arles (Bouches-du-Rhône) sur 25 hectares, mais aussi à Château-Arnoux-Saint-Auban (Alpes-de-Haute-Provence) la plateforme industrielle Saint-Auban sur 61 hectares, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) l'aérodrome Aix Les Milles sur 22 hectares, à Meyreuil (Bouches-du-Rhône) l'Ecoplateforme de Provence sur 77 hectares, à Martigues (Bouches-du-Rhône ) le site Lavera Ouest (44 hectares) et à Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) le site Cavaou sur 20 hectares mais aussi le site Innovex (11 hectares) et le site Tonkin (20 hectares).


A. LG Reportage : Tiphaine Leproux

Tout
TF1 Info