Un milliard de moins pour MaPrimeRénov' : quel impact pour les futurs bénéficiaires ?

par La rédaction de TF1info | Reportage Thomas Jarrion, Valentin Dépret, William Wuillemin
Publié le 19 février 2024 à 17h01

Source : JT 13h Semaine

Bruno Le Maire a annoncé l'abaissement d'un milliard d'euros de l'enveloppe d'aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov'.
Des particuliers vont-ils renoncer à leurs travaux ?
Le JT de TF1 fait le point.

Coup de rabot sur les dépenses de l'État. Invité du 20H de TF1 dimanche, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé un plan d’austérité en raison d’une baisse des prévisions de croissance. Et il a indiqué que l'enveloppe de l'aide à la rénovation énergétique MaPrimeRénov' allait diminuer d'un milliard d'euros, n'étant donc portée qu’à quatre milliards d'euros cette année. "On avait annoncé une enveloppe supplémentaire de 1,6 milliard de 2023 à 2024" et "il y aura toujours une augmentation de 600 millions, mais nous récupérons 1 milliard", a expliqué Bruno Le Maire. 

Des projets de rénovation remis en question ou retardés

Laurent Richard, patron d'une entreprise de rénovation, n'en revient pas. Un certain nombre de ses clients, craint-il, pourraient renoncer à leurs travaux si l'État ne les aide plus à payer la facture. "Beaucoup vont remettre à plus tard les travaux liés au confort et à la rénovation énergétique de leur habitation, et pour une proportion très importante d'un tiers à la moitié", déplore-t-il dans le reportage en tête de cet article. 

Dans son bureau, le chef d'entreprise fait le point sur les chantiers en cours. 80% des travaux d'isolation qu'il réalise sont en partie financés par MaPrimeRénov'. Au téléphone, il informe une cliente de ce nouveau serrage de vis décidé par le gouvernement. "Si l'aide baisse de 5000 euros, ça peut remettre en question ce qu'on avait convenu ?", demande Laurent. "Oui, ou le retarder", confirme la cliente. 

La problématique MaPrimeRénov' n'est pas le budget, mais comment (...) on la rend plus accessible
Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB

Si cette entreprise est inquiète, certaines fédérations de professionnels, elles, s'étaient préparées à une telle annonce. "Si on est pragmatique, le budget de l'année dernière MaPrimeRénov' n'a pas été consommé à un niveau d'un milliard", analyse Jean-Christophe Repon, président de la CAPEB (Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment). 

"La problématique MaPrimeRénov' n'est pas le budget, mais comment on la réforme et qu'on la rend plus accessible pour les particuliers et les artisans", tranche-t-il. Jeudi 15 février, les ministres de la Transition écologique Christophe Béchu et du Logement Guillaume Kasbarian ont justement annoncé une simplification en 2024 de trois points clés d’accès à MaPrimeRénov', dont la complexité a souvent été pointée du doigt

Les trois évolutions concernées : limiter "aux subventions les plus élevées" les "obligations de recourir à un accompagnateur agréé", "simplifier le label 'reconnu garant de l’environnement' (RGE, que les professionnels doivent obtenir pour intervenir sur des chantiers financés par MaPrimeRénov’, NDLR), notamment pour les petites et moyennes entreprises", et enfin "lever les restrictions de financement concernant les gestes de rénovation simples et efficaces". Ces annonces seront précisées "début mars", indique le gouvernement. 


La rédaction de TF1info | Reportage Thomas Jarrion, Valentin Dépret, William Wuillemin

Tout
TF1 Info