Au fil des mois, certains produits sont devenus difficiles à trouver dans les supermarchés.
La guerre en Ukraine n'explique pas tout.

Vous étiez habitué au manque d'huile, de moutarde et de paquets de pâtes. Maintenant, il faut s'habituer à ne plus voir vos biscuits stars du goûter des enfants comme : Granola, Pépito ou Petit Écolier. Une rupture de stock qui n'a rien à voir avec la guerre en Ukraine. C'est un problème sanitaire. Le groupe Mondelez qui possède toutes ces marques a arrêté toute production sur son site en Gironde. Leur fournisseur belge de chocolat a détecté des traces de salmonelles dans son usine.

Il y a moins de biscuits dans les rayons. C'est également le cas pour l'eau et les boissons sucrées. Cette fois, la canicule est en cause. Il y a eu 28 % de ventes en plus cet été 2022. Les consommateurs modifient leurs habitudes alimentaires.

C'est tant mieux, car les difficultés d'approvisionnement vont se multiplier. Le beurre, par exemple, va bientôt manquer. La sécheresse a grillé l'herbe que les vaches devaient manger. Le géant Lactalis a collecté quatre millions de litres de lait en moins et prévient. Pour l'instant, il n'y a pas de risque de rupture de stock en ce qui concerne le lait en bouteille les yaourts et enfin le formage.


TF1 | Reportage L. Romanens, M. Simon

Tout
TF1 Info