Chaque année, les agriculteurs français bénéficient de la politique agricole commune (PAC), recevant plus de neuf milliards d'euros versés par l'Union européenne.
Comment ces aides sont-elles attribuées ?
Le 20H de TF1 s'est penché sur la question.

Tous les jours, Geneviève de Brach, éleveuse de bovins à Saint-Hilaire-de-Court (Cher), s'occupe de ses 180 vaches. Mais en ce moment, elle passe plus de temps dans son salon à déchiffrer son courrier pour savoir combien d'aides de la PAC elle va toucher. "Je comprends rien", résume-t-elle dans le reportage du 20H de TF1 visible en tête de cet article.

Un casse-tête administratif pourtant essentiel pour Geneviève, car ces aides européennes représentent près de la moitié de son chiffre d'affaires : 70.000 euros cette année 2024.

Le montant dépend notamment du type d'agriculture (en l'occurrence de l'élevage), de critères environnementaux (comme l'usage ou non de pesticides), mais surtout, de la taille de l'exploitation. "Sans cette PAC, je ne peux pas tourner, je ferme boutique demain. Je vends mon cheptel, c'est terminé. C'est une aide au maintien des exploitations, ce n'est même plus une aide aux revenus aujourd'hui", poursuit l'éleveuse.

La France est le pays de l'Union européenne qui reçoit le plus d'aide de la PAC, avec 9,3 milliards d'euros, devant l'Espagne (6,4 milliards) et l'Allemagne (6 milliards d'euros).

Pourquoi la France est la première bénéficiaire de la PAC

La France est la première bénéficiaire car elle dispose de la plus grande surface agricole et profite d'un avantage lié à son ancienneté au sein de l'Union européenne. Pourtant, depuis l'adoption de la PAC, en 1962, elle est au cœur des manifestations du milieu agricole, car parmi tous les critères, celui qui importe le plus, c’est la taille des exploitations. 

Arthur Galinet, maraicher à Sarlat-la-Canéda (Dordogne) qui cultive seulement 20 hectares, figure plutôt parmi les perdants de la PAC. Les 4000 euros d'aides qu'il perçoit chaque année représentent seulement 1% de son chiffre d'affaires. Il souhaite donc que ses produits soient mieux rémunérés. "Il faut aussi avoir une politique forte pour essayer d'avoir des exploitations viables, qui puissent vendre leurs produits au juste prix avec une considération du cout de production", développe l'agriculteur.

Une PAC plus équitable pourrait-elle voir le jour ? Les élections européennes vont en tout cas rebattre les cartes. Le budget de cette aide pourrait même être réduit et les critères d'attribution modifiés. "Ce serait probablement du fait de priorités politiques qui voudraient qu'on alloue moins du budget européen à la PAC et davantage à d'autres priorités, comme la défense, l'élargissement de l'Union européenne, la compétitivité, etc.", explique Aurélie Catallo, directrice Agriculture France à l'IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales).

Aujourd'hui, la PAC représente près d'un tiers du budget total de l'Union européenne.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : L. Deschateaux; M. Gatineau, F. Jolfre

Tout
TF1 Info