Le gouvernement s'est dit, mardi, ouvert à des "annulations" de cotisations sociales et fiscales pour les commerces vandalisés durant les violences urbaines.
Une annonce qui intervient alors que les assureurs ont accepté, de leur côté, de reporter le délai pour faire une déclaration de sinistre.
Selon les derniers chiffres, 5800 sinistres ont été déclarés par des professionnels et des particuliers suite aux émeutes.

Face aux violences urbaines, l'État et les assureurs annoncent des mesures pour aider les commerces victimes de dégradations. Le gouvernement s'est dit, mardi 4 juillet, ouvert à des "annulations" de cotisations fiscales et sociales au "cas par cas" pour ceux vandalisés lors des émeutes consécutives à la mort du jeune Nahel. "Quand votre commerce a été entièrement brûlé, que c'est le travail de toute une vie qui est réduit en cendres, il faut que l'État soit à votre côté et qu'il puisse y avoir des annulations de charges sociales ou fiscales au cas par cas pour les commerçants les plus touchés", a indiqué le ministre de l'Économie Bruno le Maire lors d'un déplacement en Essonne.

"Je veux que nous allions, sur l'ensemble des commerçants, regarder comment nous pouvons étaler les charges sociales, voire reporter le paiement des charges sociales et fiscales", a encore affirmé le locataire de Bercy à l'occasion d'une rencontre avec des commerçants touchés par les dégradations.

5800 sinistres déclarés en une semaine

Le ministre a également rappelé les mesures de soutien annoncées un peu plus tôt par la fédération France Assureurs. Cette dernière a indiqué qu'à la demande du gouvernement, elle appelait ses membres à "reporter de 5 à 30 jours le délai pour faire sa déclaration de sinistre". Par ailleurs, la FFA envisage de mettre en place des réductions de franchise pour les commerçants indépendants qui auraient été les plus touchés. Enfin, la fédération s'est engagée à mettre en place des indemnisations les plus rapides possibles et à "faciliter le versement d'acomptes pour faire face aux situations les plus difficiles", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Selon France Assureurs, 5800 sinistres ont été déclarés en une semaine à la suite des émeutes, à la fois par les professionnels et les particuliers. Sur franceinfo, la présidente de la fédération, Florence Lustman, a évalué les sinistres à "au moins 280 millions d'euros", contre 204 millions en 2005, après plusieurs semaines d'émeutes, précisant que "plein" de sinistres "ne sont pas encore déclarés". Lundi soir, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, avait estimé le montant des dégâts pour les entreprises à "plus d'un milliard d'euros".


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info