Covid, et après ?

Le manque de personnels dans les aéroports va-t-il menacer les vacances d'été ?

Samuel AZEMARD
Publié le 5 mai 2022 à 14h16
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Fini les restrictions de voyager dans de nombreux pays.
L'activité mondiale du transport aérien est en forte hausse en Europe par rapport à l'an dernier.
Dans les aéroports, le manque de personnel se fait ressentir.

Des files d'attente interminables et pas assez de personnel pour gérer la situation, les aéroports du monde entier sont débordés. Par exemple, la compagnie KLM a dû annuler des dizaines de vols depuis et vers Amsterdam-Schiphol le premier week-end de mai. Londres, ou encore Bruxelles, subissent les mêmes encombrements. 

"Le défi dans l'immédiat est de gérer la hausse soudaine du trafic, étant donné que la pandémie a eu pour effet d'énormément réduire les ressources des aéroports et de la manutention au sol", évoque dans un communiqué Olivier Jankovec, directeur général de la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe). La veille, la principale association mondiale de compagnies aériennes, l'Iata, avait appelé à "traiter d'urgence" les causes de cette saturation. 

Où sont les employés ?

Après deux ans de restriction sanitaire, le niveau d'affluence d'avant Covid-19 n'a toujours pas été retrouvé. Pourtant, l'activité mondiale du transport aérien repart à la hausse. En Europe, le mois de mars 2022 a enregistré une hausse mesurée en passagers-kilomètres-payants (RPK) de 425%  par rapport au même mois de 2021,  selon les derniers chiffres de l'Iata. Une reprise effective, malgré la guerre en Ukraine et un choc pétrolier aggravant des chaînes logistiques. 

Lire aussi

Les voyageurs sont donc là, mais sans personnels. Depuis la crise sanitaire, le monde du transport aérien a totalement été chamboulé. Par exemple, à l'aéroport Paris-Orly, 4000 postes sont à pourvoir. À l'échelle européenne, beaucoup d'employés ont en effet décidé de faire autre chose. Pour les restants, on constate un fort absentéisme, car tous les pays n'ont pas eu recours au chômage partiel. De nombreux salaires ont ainsi été amputés. Selon certains syndicats, les conditions de travail se sont dégradées. La CGT a déjà appelé à manifester le jeudi 9 juin prochain.


Samuel AZEMARD

Tout
TF1 Info