En couple coûte que coûte, telle est la devise des anuptaphobes qui ressentent une profonde angoisse à l’idée d’être célibataires.
Aussi appelé syndrome de Bridget Jones, cette phobie s’accompagne de différents symptômes qui impactent la vie de la personne qui en souffre mais aussi celle de son partenaire.
L’anuptaphobie qui concerne principalement les personnes en âge d’être en couple peut trouver une explication d’ordre psychologique ou sociale.

Les remarques désobligeantes, les célibataires ont l’habitude d’en essuyer. Selon un sondage Ipsos réalisé en 2022, 67 % d’entre eux déclarent avoir ressenti une pression à sortir du célibat au cours des six derniers mois. Pointés du doigt, 44 % en viennent à considérer leur situation comme hors normes. Et plus d’un tiers des célibataires ont pris une décision sentimentale contraire à leurs valeurs et attentes, comme continuer une relation sans avenir (39 %). Si certains anuptaphobes recherchent obsessionnellement un partenaire pour répondre aux exigences de la société, notamment en écumant les sites de rencontres, cette phobie relève parfois d’un mal-être plus profond.  

Les symptômes de l’anuptaphobie

Le psychologue américain Mick Travers révèle dans Psychologies que la peur du célibat reste une réaction normale à l’âge adulte. Elle découle d’un besoin de soutien et de réconfort. En revanche, certains symptômes doivent vous alerter. Si vous avez peur d’être seul au point de réduire vos critères de sélection par rapport à vos attentes pour trouver quelqu’un, vous êtes sûrement atteint d’anuptaphobie. 

Le fait de vouloir à tout prix s’engager avec un partenaire pour ne pas rester célibataire conduit parfois à entretenir des relations toxiques. Cette phobie peut aussi concerner les personnes en couple. Par peur de se retrouver à nouveau seul, certaines d’entre elles éprouvent une jalousie maladive, de l’anxiété, une détresse, de la dépendance affective ou la peur de la solitude. En analysant chaque fait et chaque geste du partenaire par crainte d’une rupture, l’anuptaphobe peut également développer une paranoïa.   

De quoi ont peur les anuptaphobes ?

Au-delà de la pression sociale et de la peur de paraître comme "bizarres" aux yeux de la société s’ils sont célibataires, les anuptaphobes peuvent souffrir d’une dépendance affective à la suite d’un choc. Une séparation, un deuil, une rupture brutale, le divorce des parents pendant l’enfance… autant de traumatismes qui peuvent expliquer la survenue de cette phobie à l’âge adulte. La peur de l’abandon et du rejet fait partie des pistes possibles. 

Comment guérir la peur du célibat (sans se mettre en couple) ?

Le premier diagnostic doit être posé par le médecin généraliste, qui déterminera ou non s’il faut poursuivre avec une thérapie cognitive ou comportementale. En se référant au Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, la peur du célibat se transforme en véritable phobie lorsqu’elle persiste au-delà de six mois, est exagérée par rapport à la situation réelle, et provoque un évitement ainsi qu’une détresse significative nuisant au fonctionnement social. 

Pour déconstruire cette peur et s’en sortir, la personne atteinte de cette phobie peut aussi se tourner vers différentes pratiques comme l’hypnose, l’EMDR et l’EFT. Pour ne pas replonger dans une situation de dépendance, il est conseillé de s’orienter vers des activités de bien-être comme le yoga et la méditation


Emilie CARTIER pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info