Concours d'enseignants : un millier de postes toujours non pourvus pour la rentrée selon le SNUipp-FSU

par La rédaction de TF1info
Publié le 15 mai 2023 à 16h38, mis à jour le 15 mai 2023 à 16h54

Source : JT 20h Semaine

Selon le syndicat SNUipp-FSU, 966 postes ne seront pas pourvus dans trois académies à l'issue du CRPE.
En cause : un nombre de candidats admissibles inférieur au nombre de postes vacants dans le primaire.
L'an dernier, plus de 4000 postes n'avaient pas été pourvus à l'issue des concours de recrutement.

Les prémices d'une rentrée sous tension ? Dans la foulée de la publication des résultats d'admissibilité au concours du CRPE (pour devenir professeur des écoles), le syndicat enseignant SNUipp-FSU s'est inquiété, samedi, de constater que 966 postes d'enseignants seront non pourvus à la rentrée dans le primaire dans les académies de Créteil, Versailles et la Guyane.

Selon les chiffres compilés par le premier syndicat du primaire, que l'AFP a pu consulter, 11.371 candidats sont admissibles pour 8000 postes sur toute la France, seul le département de Mayotte est encore dans l'attente des résultats. "Le ratio d'admissibles par rapport au nombre de postes à pourvoir est très faible (ndlr: 1,42 en moyenne) ce qui signifie qu'il n'y aura pas assez de monde sur les listes complémentaires dans plusieurs académies", résume Guislaine David, co-secrétaire générale et porte parole du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, interrogée par l'AFP.

"On sait déjà qu'il y aura des problèmes"

Dans certaines académies, où le nombre d'admissibles est inférieur au nombre de postes, "on sait déjà qu'il y aura des problèmes à la rentrée", ajoute-t-elle. 

Dans l'académie de Créteil par exemple, 737 candidats seulement sont admissibles pour 1.166 postes. Après une crise historique à la rentrée 2023, le rectorat de Créteil a annoncé vendredi le recrutement de 500 nouveaux enseignants contractuels dès le mois de juin. Joint par l'AFP samedi, il n'a pas souhaité commenter les résultats d'admissibilité aux concours, attendant "la fin de tous les concours" pour s'exprimer sur ce sujet. Samedi, le ministère de l'Education n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Pour rappel, l'an dernier, plus de 4.000 postes n'avaient pas été pourvus à l'issue des concours de recrutement d'enseignants, concernant à la fois le primaire et le secondaire. Ce taux historiquement bas avait conduit le ministère de l'Education à avoir recours à un nombre accru de contractuels, qui n'avaient souvent bénéficié que de quelques jours de formation fin août avant la rentrée.

Selon l'AEF, agence de presse spécialisée dans l'éducation, le Capes, le concours des enseignants du secondaire, est aussi touché dans une moindre mesure.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info