Emmanuel Macron s'est vu remettre ce mardi un rapport sur l'usage des écrans chez les enfants et adolescents.
Ses recommandations s'inscrivent dans l'objectif du Président de définir "le bon usage des écrans pour nos enfants, dans les familles, à la maison comme en classe".
Quelles sont les règles déjà en vigueur dans les établissements scolaires ? TF1info récapitule.

Un rapport choc pour limiter l'usage des écrans chez les plus jeunes. Le président de la République, Emmanuel Macron, s'est vu remettre ce mardi après-midi les recommandations d'un groupe d'experts scientifiques sur l'utilisation de ces outils numériques, notamment à l'école, et des risques qu'ils peuvent comporter. Un travail mené à la demande du chef de l'État, qui a appelé au début de l'année lors d'une de ses très rares conférences de presse à définir "le bon usage des écrans pour nos enfants, dans les familles, à la maison comme en classe".

"En classe", justement, un cadre, certes flou, existe déjà pour éduquer les enfants et adolescents au numérique. Mais ces règles manquent de "cohérence entre le programme scolaire, les recommandations d'enseignement-apprentissage et puis des recommandations parfois sanitaires ou juridiques", explique Anne Cordier, enseignante-chercheuse à l'Université de Lorraine et spécialiste de l'éducation numérique, jointe par TF1info. Concrètement, niveau par niveau, à quel point les élèves sont-ils amenés à utiliser des écrans à l'école ? Récapitulatif. 

Une utilisation des écrans dès la maternelle... en théorie

Dès l'école maternelle, le programme scolaire imposé par l'Éducation nationale fixe des objectifs en matière d'éducation numérique. Depuis 2021, selon ce dernier, il est donc attendu que les enfants sachent “utiliser des objets numériques (appareil photo, tablette, ordinateur)" d'ici à la fin de la classe de grande section. Une compétence apprise via différentes activités : la prise de photos, la saisie de texte sur un clavier ou la manipulation d'une souris d'ordinateur, par exemple. Mais, dans les faits, malgré ces consignes, "on est clairement loin de la surexposition" aux écrans dans les classes du premier degré (maternelle et primaire), souligne Anne Cordier.

La raison ? Le manque d'équipement numérique toujours problématique pour mettre en place les exercices demandés. "Dans toutes les écoles dans lesquelles je vais faire des enquêtes de terrain, c'est parfois la grosse galère pour trouver un ordinateur, poursuit la chercheuse. (...) On est vraiment sur des usages sporadiques." Un constat qui se vérifie en chiffre : en 2019, un ordinateur était en moyenne disponible pour 15,9 élèves en classe de maternelle.

Un cadre plus précis à partir du primaire

À partir de l'école primaire, débutant au CP, les enseignants doivent suivre le CRCN, le Cadre de référence des compétences numériques. Ce texte, inspiré des recommandations européennes en la matière, fixe plusieurs objectifs jusqu'au lycée. Plusieurs compétences sont alors travaillées par les élèves : la recherche d'informations en ligne, la création de contenus, la résolution de simples problèmes informatiques ou encore la protection des données et de la vie privée. Ce programme s'étend du CP jusqu'à la classe de terminale.

L'usage du numérique et des écrans est prévu dans le programme scolaire du cycle 2 (CP au CE2). "La fréquentation et l'utilisation régulières des outils numériques au cycle 2, dans tous les enseignements, permet de découvrir les règles de communication numérique et de commencer à en mesurer les limites et les risques", précise ainsi ce dernier. Depuis 2019, un premier bilan périodique de ces compétences doit être réalisé en CM2 et en 6ᵉ pour évaluer le niveau des élèves.

La fin du téléphone au collège, pas une nouveauté

La ministre de l'Éducation nationale, Nicole Belloubet, l'a encore répété ce mardi matin sur France Inter : elle souhaite imposer "une pause numérique" au collège, à la manière de ce qui se fait avant le Conseil des ministres (avant lequel les membres du gouvernement déposent leur portable). Via une interdiction du téléphone portable au sein de ces établissements ? Aussi bien au primaire qu'au collège, c'est en réalité déjà le cas, depuis 2018. Les élèves sont censés les éteindre et les ranger au moment d'entrer dans l'enceinte scolaire. "Ça, pour le coup, c'est vraiment hyper appliqué", assure Anne Cordier. Mais le gouvernement entend aller encore plus loin, en obligeant les élèves à déposer leurs téléphones à l'entrée des collèges pour éviter de les avoir sur eux. 

Cette limitation d'écrans se conjugue toutefois à un apprentissage d'autres compétences numériques, toujours dans le cadre du CRCN. L'accent est particulièrement mis sur la lutte contre le cyberharcèlement et l'acquisition d'une culture numérique. Des activités en lien avec ce programme sont réalisées sur ordinateur ou sur tablette numérique. Une certification, connue sous le nom de Pix, doit aussi être validée à la fin de la classe de 3ᵉ. 

Une spécialité numérique au lycée

Enfin, au lycée, un enseignement est entièrement dédié au numérique en classe de seconde générale : les "sciences numériques et technologie" (SNT). Durant ce cours, les élèves apprennent à appréhender différentes notions : Internet, le web, les réseaux sociaux ou encore la photographie numérique. Des connaissances qui peuvent être approfondies aux niveaux supérieurs, puisqu'une spécialité "numérique et sciences informatiques" (NSI) peut être choisie en première et en terminale, avant le passage du baccalauréat. 

Dans tous les cas, une dernière certification de compétences numériques doit aussi être passée en classe de terminale.


Theodore AZOUZE

Tout
TF1 Info