Qu'est-ce que le parent hélicoptère ?

par Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO
Publié le 6 janvier 2024 à 18h00

Source : Sujet TF1 Info

Un parent hélicoptère est surprotecteur envers son enfant.
Par désir de tyrannie ou anxiété maladive, il étouffe, consciemment ou non, sa progéniture.
Il est important de lâcher du lest, pour votre bien-être et celui de votre enfant.

Parent dauphin, tigre, drone, curling… Il existe tout un tas d’intitulés pour désigner une méthode éducative. Le terme hélicoptère, utilisé pour la première fois en 1969 dans le livre Entre parents et adolescents du psychologue israélien Haim Ginott, puis repris au sein d’ouvrages de sociologues et psychiatres américains dans les années 1990, est plutôt péjoratif. “Maman me survole comme un hélicoptère et je ne supporte plus le bruit et le vent qu’elle fait” écrivait un adolescent dans le premier bouquin sur le sujet. En effet, ce parent surprotecteur est convaincu d’agir pour le bien de son enfant, mais entrave en réalité son développement, son autonomie et sa confiance.

À quoi reconnait-on un parent hélicoptère ?

Un parent hélicoptère couvre son enfant de manière excessive. Il craint tellement qu’il lui arrive quelque chose qu’il préfère le brider, l’empêcher de faire des erreurs, de prendre des risques, même lorsqu’ils sont moindres, minimes, voire inexistants. Cette méthode d’éducation est souvent due à certains traumatismes de l’enfance qui entraînent une anxiété accrue et une obsession du contrôle. La plupart du temps, un parent surprotecteur ne veut pas étouffer son petit, mais avoir l’assurance qu’il reçoive et devienne le meilleur. Il est généralement aussi exigeant envers lui qu’envers sa propre personne.

Parent hélicoptère : quelles sont les conséquences sur le développement de l’enfant ?

Les enfants de parents hélicoptères ont été tellement contrôlés et bridés qu’ils peinent à se développer. Désireux de faire la fierté de ceux qui les ont éduqués, ils se mettent beaucoup de pression et partagent la même qu’anxiété que leurs parents. Par loyauté pour leurs géniteurs, ils peuvent s’empêcher de tester et de découvrir de nouvelles choses. Craintifs, ils ont grandi avec l’idée selon laquelle “le monde est très dangereux”. Les enfants peuvent se sentir très frustrés. À l’adolescence, ils peuvent ressentir une véritable colère envers leurs parents et prendre des mauvaises décisions.

Comment relâcher la pression ?

Parents, si vous vous reconnaissez à la lecture de ces lignes, ne vous accablez pas. Il n’y a pas de parent parfait, être “suffisamment bon” est déjà très bien. Il est important de prendre conscience qu’on ne pourra jamais protéger ses enfants de tous les dangers. Soyez présent pour eux sans être envahissant. Apprenez à leur faire confiance ainsi qu’aux autres adultes qui s’occupent d’eux. Pour leur bien-être, mais aussi le vôtre, n’hésitez pas à vous faire aider si vous n’arrivez pas à surmonter vos angoisses parentales.


Marjorie RAYNAUD pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info