Santé mentale : quelles sont les mesures du gouvernement à destination des écoles ?

par Orane SCHERSCHEL pour TF1 INFO
Publié le 2 septembre 2023 à 8h00

Source : Sujet TF1 Info

Un rapport parlementaire sur la médecine scolaire dénonce une “dégradation inquiétante de la santé psychique des élèves”.
L’inscription du numéro vert national de prévention du suicide (31-14) sera obligatoire dans tous les carnets des élèves à la rentrée.
Une formation à la santé mentale est prévue pour soutenir le personnel de la vie scolaire dans chaque établissement.

La prise en charge de la santé mentale est une nouvelle priorité pour le gouvernement. À la suite de multiples drames survenus dans le cadre scolaire ces dernières années, le ministère de l’Éducation nationale a annoncé l’instauration de nouvelles mesures destinées à améliorer la santé psychique des jeunes à l’école. À l’approche de la rentrée scolaire, voici les différents dispositifs prévus pour améliorer le bien-être des élèves.

De nouveaux outils pour protéger les élèves

En mai 2023, un rapport parlementaire accablant sur la médecine scolaire et la santé à l’école pointait du doigt "la dégradation inquiétante de la santé psychique des élèves". Face à l’augmentation des tentatives de suicide et du nombre de jeunes dépressifs, l’exécutif – sous la gouvernance de Pap Ndiaye, alors ministre de l’Éducation nationale – a déployé une batterie de mesures. 

Le numéro national de prévention du suicide (31-14), déjà créé en octobre 2021, fait notamment l’objet d’une campagne de promotion auprès du jeune public. Le numéro sera "inscrit dans tous les carnets de correspondance de tous les élèves de collèges et lycées", a précisé le gouvernement.

En parallèle, un modèle de protocole sur la santé mentale a été pensé pour une application dans chaque établissement scolaire. Semblable au programme “Phare sur le harcèlement”, ce nouveau dispositif vise à faciliter “la détection et le suivi des élèves qui présentent des signes de fragilité mentale”.

Une formation plus orientée

Le gouvernement entend aussi instaurer une "formation à la santé mentale pour le personnel de la vie scolaire, les conseillers principaux d’éducation (CPE), non pas pour soigner, mais pour détecter les états de fragilité et de difficultés des élèves". Pour le ministère, il est nécessaire de "former a minima deux adultes par établissement au secourisme en santé mentale, dont les CPE, durant l’année scolaire 2023-2024" afin de permettre la prise en charge des adolescents et des plus jeunes.

Reste à voir comment ces propositions, formulées sous la gouvernance de Pap Ndiaye, seront appliquées par Gabriel Attal, son successeur à la Rue de Grenelle.


Orane SCHERSCHEL pour TF1 INFO

Tout
TF1 Info